Malaka Badr | Les choses ne vont pas bien

Malaka Badr est une jeune poétesse née au Caire en 1987, elle écrit en arabe.

Le site Qisasukhra [Other Stories] édite, présente et publie en anglais des textes de la littérature arabe contemporaine. Robin Moger a traduit en anglais sept poèmes de Malaka Badr ainsi qu’une présentation de son travail et un lien vers Read My World, festival de littérature qui se déroule à Amsterdam et auquel elle a participé en 2013.

Malaka Badr publie son travail photographique sur Instagram.

Suivre Malaka Badr sur Facebook.

Merci à Malaka Badr de nous autoriser à publier « Les choses ne vont pas bien » sur remue.net et à Henri jules Julien de l’avoir lu, traduit et transmis.

Lire aussi « Négociations à propos d’un morceau de chocolat belge » dans le numéro d’octobre de la revue.
DD





Des amis passent devant moi exsangues.

Les choses ne vont pas bien.

Bien en vue

un chien galeux renifle un cadavre anonyme

dans la rue.

Les piétons sont à l’aise avec la hideur

et la beauté blesse,

attise leur instinct de survie et

ils tuent,

ou tirent leurs lames brutes et dépècent.

Au-dessus de nos têtes flottent les cercueils

comme des auréoles de saints.

Quand le moment viendra

l’un de nous lèvera sa main en l’air

comme à tâtons vers une sangle de bus

et la boucle se nouera sur sa main rude

et ce que nous verrons ensuite c’est lui, emmailloté dans un cercueil,

jovial, qui dit : Je vous prends de vitesse,

je vous laisse cloué à la liste des

Bâtards de la Création.

Les choses ne vont pas bien du tout

et le bruit des détonations n’effraie plus personne.

Hier, une voiture et son chauffeur ont pris feu devant nous

et la rue était barrée

de la masse des spectateurs.

Aujourd’hui je passe devant la forme noircie

et le hibou misérable

— même les hiboux sont misérables ici —

répugne à dépiauter la chair carbonisée

et continue à chercher d’autres corps dans la poubelle.



Les choses ne vont pas bien, croyez-moi :

ne vous mettez pas en peine

de laisser votre cercueil,

de rentrer à la maison.

Traduction de l’anglais par Henri jules Julien.

21 septembre 2015