Anna Hallberg | Colosseum, Kolosseum

Ouverture du recueil Colosseum, Kolosseum, éditions Albert Bonniers, Stockholm, 2010

Texte traduit du suédois par Marie-Hélène Archambeaud



mort un membre brun
la pièce l’entoure



schubert, l’hiver de février



c’est encore humide
sans pouls



ça pique dans les cuisses



je me lève




*


du bœuf à l’homme




*


les dents s’enfoncent dans le bifteck
à travers l’épaisseur du steak
jusque dans le corps




*


c’est dans la bouche que finit le bœuf
mâché devenu l’humain
dans le sang
dans les intestins




*


fécales dessus la bande en papier repliée restent chaudes



je languis après ma maman



le doux mufle du veau



tapotant




*


mauvais mauvais
j’abandonne



ils détournent le visage de moi




*


ma merde sur les doigts
le papier peint
sur le visage
une peau sans vie




*


dans la religion la foi qui insuffle la vie
un esprit dilaté
souvenir d’un parfum
dans la chapelle




*


la lumière doit réchauffer le corps
la nature qui se répand
fait crever
les capsules




*


porter l’enfant au plus près du cœur
les battements de cœur traversent la peau ils
frappent du poing
nous nous entre-dévorons
la neige de février tombe
comme dans un film
derrière les vitres




*


des crânes s’agglomèrent
le temps si paresseux là-dedans

le temps jaune abricot

fondant comme pâte de verre







Anna HALLBERG est née en 1975. Poète et critique littéraire, elle a publié cinq recueils, dont le dernier, Ljustgrönt och aska (Vert clair et Cendres), en 2014 chez Bonnier à Stockholm. Colosseum, Kolosseum (Bonniers, 2010), a été nominé pour le Grand prix du Conseil nordique en 2011.

Marie-Hélène Archambeaud est traductrice du suédois et poète. Elle a publié des poèmes en prose dans les revues Po&sie, Place de la Sorbonne, Aka, et sur revue-secousse.fr., un premier recueil, Comme une ancienne peau tombera, aux éditions Rafael de Surtis, en 2011. Elle a déjà des poètes suédois pour Thauma, Inuits dans la jungle ou Europe, pour recoursaupoeme.fr. et remue.net.

17 décembre 2015