Cécile Wajsbrot | Survie en milieu hostile

Quand j’ai pensé à ce titre générique, Survie en milieu hostile, j’avais en tête l’expérience, inédite pour moi, de vivre trois mois dans une petite ville de 8000 habitants. Loin de Paris, de Berlin - et de Zurich, même si Lenzburg n’en est distante que de vingt-cinq kilomètres. Entre-temps a eu lieu, au mois de février, la votation cherchant à limiter le droit d’entrée des étrangers. Le oui l’a emporté de justesse mais il l’a emporté, et si on compte trois ans pour mettre en place les nouvelles règlementations et les conditions qui régiront les relations entre la Suisse et l’Union européenne, l’atmosphère, me disais-je avant le départ, sera peut-être en effet hostile. Mais malgré ce résultat, Lenzburg est une ville accueillante où les gens admettent volontiers qu’on ne comprenne pas forcément le suisse alémanique et consentent alors à parler en allemand – certains parlent même français (alors que les Suisses francophones connaissent beaucoup moins souvent l’allemand.
Lire la suite ici

©photofabienneswiatly