Kenneth White : La Maison des marées

Ces derniers jours, des vents porteurs d’une pluie froide balaient la côte nord de la Bretagne et d’énormes vagues vertes et bouillonnantes se sont ruées sur le rivage, modifiant parfois la topographie locale : ce qui était auparavant une belle étendue de sable dans le coin nord-est de la plage est devenu un champ de cailloutis, et là où s’entassaient des galets il n’y a plus que du sable fin et une frange de goémon.
Pas de doute, la terre est un lieu intéressant.

La Maison des marées raconte les jours et les heures du poète dans la région armoricaine où il s’est installé, ses rêveries, ses rencontres, ses promenades dans les paysages de terre et de mer. Il nous fait partager la compagnie de ses amis qui se nomment Chateaubriand et Segalen et ses découvertes bibliophiliques.

Traduit de l’anglais par Marie-Claude White, ce livre beau et apaisant vient de paraître aux éditions Albin Michel.


L’Archipel est le serveur d’information de l’Institut international de géopoétique : textes fondateurs de la géopoétique, textes de Kenneth White, liens.

Dossier sur Kenneth White et la géopoétique sur d’autres espaces.

Photo de couverture © Guillaume Plisson.

Dominique Dussidour - 4 juin 2005