dossier Séréna chez Initiales

En écrivant ce livre, il était devenu évident que j’étais le seul à me rappeler mon histoire et, donc, je n’avais pas droit aux guillemets. Je ne devais pas faire semblant : la fille avait dit ça et je voulais qu’on sache bien que c’était moi qui m’en souvenais. Du coup, j’avais supprimé les petites tirets, les guillemets. A la rigueur, je pouvais décrire les mimiques de la fille. J’avais droit aux adverbes mais, en fait, à force d’exigence pour essayer de coller au plus près, je m’étais trouvé avec un texte très ardu à lire, assez compact, où il n’y avait plus de dialogues. Je m’étais dit alors que le seul capable de sortir ça, c’était Minuit qui font un travail sur la forme, qui sortaient des textes pas faciles à lire. Je ne voulais surtout pas remettre des petits guillemets...

Distribué gratuitement dans les 32 librairies du groupement Initiales, un nouveau livret dossier, cette fois consacré à Jacques Séréna.

Il a été conçu et réalisé (mise en page qui convient bien à l’univers Séréna) par Philippe Fusaro, libraire à Strasbourg (Quai des Brumes), dont on avait tant aimé, en septembre dernier, le Colosse d’argile.

Jean Rouaud et moi-même on ne pouvait pas faire moins que d’y aller aussi d’un petit hommage au frère : Rouaud a pris le partie de raconter une vie de Jacques Séréna qui ressemble bigrement à la vie de Jacques Séréna - si vous ne connaissez pas, la vie de Jacques Séréna, laissez Rouaud vous la raconter, et on vous complètera l’un l’autre, mais oralement. Et le frangin lui-même, pas faire moins qu’un inédit, ça s’appelle Andrée et ça résonne étrangement avec son intervention dans le dernier Matricule des Anges.

On rappelle que sur le site Initiales, vous trouverez une partie des archives en ligne des précédents dossiers. La photo ci-dessus vient bien sûr de l’inépuisable collection de maître Olivier Roller, lui dans le dernier Matricule c’est Guyotat qu’il ajoute à son catalogue...

François Bon - 9 juin 2005