Lina Ekdahl | toujours là

Lina EkdahlL, extraits de Vad är det som skall utföras ? (Qu’est-ce qu’on fait ?), éditions Wahlström & Widstrand, 2005

Traduit du suédois par Marie-Hélène Archambeaud



toujours là

Une femme courbée
quatre ou cinq pigeons
la porte grillagée
l’entrée du parc
plutôt comme un square
on a mis du pain
c’est pas moi

la dame pose la question
si je crois qu’ils mâchent, les pigeons
les oiseaux mâchent
le crois-je
ou qu’est-ce que j’en crois
si les oiseaux mâchent
le crois-je
les oiseaux, qu’ils mâchent

je reste plantée là
l’entrée du parc
plutôt comme un square
resté-je là
j’en suis presque sûre
presque entièrement sûre
que les pigeons ne mâchent pas
les oiseaux ne mâchent pas
mais je n’en dis rien

la femme hausse le ton
vite elle hausse le ton
me dit que
que la prochaine fois
la prochaine fois
c’est à moi

la prochaine fois c’est à vous
d’apporter du pain
dit la femme



peur

Les marrons sont tombés
passant à vélo je le vois
Björling [1] est fou
merveilleux
incroyable
insensé

j’ai crevé
mon vélo
je n’en peux plus
j’ai peur de tout
à cette saison
quand tombent les marrons
et Björling
Björling
il avait perdu la raison
fantastique

les marrons se fendent
pendant la chute
j’ai peur
quand je passe à vélo
ça se voit

Björling
le poète Gunnar Björling
il s’appelle comme ça
tiens bon
j’ai terriblement peur



marche

Marche avec un delphinium chinois
je dois avancer
trouver l’endroit
trouver
avant que tombe la rosée

marche avec un delphinium chinois
qui perd des feuilles
perd de la vitesse
faut que je trouve
pourquoi dois-je trouver
avant que tombe la rosée

marche avec un delphinium chinois
ai-je de la terre
assez de terre
dois-je trouver de la terre
avant que tombe la nuit

marche avec un delphinium chinois
d’un bleu très spécial bien plus
qu’un delphinium ordinaire

marche avec un delphinium chinois
pas trop à l’ombre
pas trop au soleil non plus
à recouvrir pendant l’hiver
vais-je me rappeler
vais-je le couvrir
dois-je continuer à marcher

marche avec un delphinium chinois





Poétesse suédoise née en 1964, Lina Ekdahl vit à Göteborg. Elle a publié huit recueils de poésie, écrit également pour le théâtre et la radio. Traduite en plusieurs langues, elle a reçu dans son pays des prix prestigieux et fait de nombreuses lectures et performances en Suède et à l’étranger.
Dans le recueil Vad är det som skall utföras ? (Qu’est-ce qu’on fait ?), paru aux éditions Wahlström & Widstrand à Stockholm en 2005, Lina Ekdahl ironise sur le sens du devoir et sur une certaine bonne conscience suédoise.

Marie-Hélène Archambeaud est poète et traductrice du suédois. Elle a traduit Lina Ekdahl et d’autres poètes suédophones pour Europe, Thauma, recoursaupoeme.fr et secousse.fr. Sur remue.net, on peut lire ses traductions d’Anna Hallberg et Katarina Frostenson.

3 juillet 2016

[1(N. D.T.) Gunnar Björling (1887-1960), poète finlandais suédophone dont l’œuvre est assez ésotérique