Joyce Mansour, pas novice

Gallimard vient de rééditer, (L’Imaginaire, N°518), les Histoires nocives de Joyce Mansour. Cet ensemble de deux textes (Jules César, Iles flottantes) était paru en 1973 chez le même éditeur.

«  J’accroche mon oreille à la serrure de la vie : un camion passe sous mes fenêtres. Je respire. Tout est arrangé d’avance. Je n’ai qu’à lever la main, allumer la lumière, ou jurer n’importe quelle imbécillité pour être définitivement libre. Je repasse la corde à mon cou : je me rendors et le rêve reprend. » (Iles flottantes, page 79).

Joyce Mansour, décédée en 1986, fut une ardente « compagne de route » du groupe surréaliste. Pas une novice... Déjà, en 1965, elle avait dédicacé son livre de poèmes Carré Blanc (éditions Le Soleil Noir) à André Breton. La photo ci-dessus, sertie d’orange, a été réalisée par Gilles Ehrmann et figure sur le rabat de la première de couverture de ce recueil, illustrée par Alechinsky.

Légende du portrait : «  Joyce Mansour, Egyptienne, née en Angleterre, a séjourné en Egypte, vit en France. Spécialiste du saut en hauteur, elle a été championne de course à pied. »

Dominique Hasselmann - 28 juin 2005