Francesco Forlani | Il peso del Ciao (extraits)

Supplique feroviaria

Sto tran tran qui me strabuza li oci à luce à luce a noce à noce que la voz que te pare d’artri te sumiglia, t’encanta et s’alimente lo coeur par rollement de la vetura l’echange des regards figa quela figo quelo no pennient et se simula d’assonnarse pour un desìo de cullarse comme un bebè, un enfant, nu caruso, comme ça devant à tout le monde appustato A-B colli numeri de uno a centumila et alors que l’une apres l’autre se seguentan staziune de villes fameuses ou pennient piccerelle staziuncelle cum flores et faunas de barbun de sigarete accese sur le quais, se sbinaria lu tran tran et frina lorsque nu sibilo parait nu fisculo d’arbitro in miezz’o campe de ioco alors que financo lo controlor cambia d’acento de tono selon la region la ville lu village nu poco de stangheza te guadagna l’anema pe sta botta de vita de nomade genereuse ah la Boheme Boheme et puis el tran tran tout de subbète t’arridona el surriso la bocata d’oxygene comme si killo c’avive lassiat l’esta à nouveau de t’aspetarte à l’autre cap du monde du voyage et te strabuza li oci alors sta vida te fa sentrte vivo sta vida à luce à noce à noce que la voz que te pare d’artri te sumiglia, un peu

*

Poâme du Sarrà chi sa

Sitte sitte facimme, sitte sitte
Que personne ne puisse entendre nos lèvres
A lingua emmocca e’ vase a’ schiocche a’ schiocche
On dirait une fièvre une maladie, un attrape-bouches
Facimme allore sitte sitte allore faie
Ton corps vêtu se déshabille d’une lumière rose
Sta luna chiena chiena, sta curona e spine
Tu me chouchoute : meurs ! tu me murmure : vis !
Sitte te staie e chiù sitte ie nun me saccie
La profondeur des yeux dépend de la posture des jambes
Tu me fai suspirà ie te voje bbene
Ton vague à l’âme enjambe, mon respire claque
Cu sti vase facimme sitte sitte, mo mo mo
Je suis Tristan, mais tu t’appelles Juliette
Tu m’adduvine a vocca ie m’annammore
Tu me caresse, je brûle, je deviens chandelle
Sti vase sitte sitte , sàrra sàrra
Ta peau s’enflamme à l’eau de ma salive
St’addore è rose e ciure ‘mbuttunate
Une fière créature, une musique lointaine
Sitte facite sitte, vuie facite sitte ?
Tu étais mon songe, mon demain, mon hier
Che all’intrasatte mo cull’ate staie
Tu te souviens de moi ? Dis- moi, j’existe ?
Sitte facite sitte mo chiù sitte maie
Là j’aimerais siffler- divine- ta bouteille
à faccia toie m’embriaca, e sò curtielle e mmane
Je dégueulerais ton âme, comme une chose vive
Sitte sitte facite, facite sitte sitte
Aux larmes citoyens jettate ‘e mmane
Il n’y aura plus personne et chiù nisciune sape,
Saura celui qui sait, sarrà sta luna chiena

*

Paysage en train

Jo soy ke nun me manca l’ahora
de l’aqui ça alors, qui tremble
tot de na chose sola et s’indivisa
s’accustuma l’artri et l’uniforme adossa,
– on s’habille de certeza et curtoisie
tel que le nod de cravata ‘nserra en gola
Tenet de caminars d’antan lo forestero
et d’addurar la tera qui s’entasse
d’encastrarse n’do scumpart de train
d’abandunar valiza sul metal de rete
d mettre l’ocio è reposo sur paisagio
d’astrar de attisa, mente vagabunda
Alors que le tran tran, locomotora
le souvenir de mater pater hisposa
Jo soy que l’origin s’est persa, s’enfunnata
comme une lumière de flama fatigata
d’une chandelle à l’aneme suspisa
qui s’ensuspira pure el controlleur qui passe
Allons-y passeggiero, en gegenstaende werfen
nu campo, na tore nu prato servatico s’ostende
de tu première enfance. Vas-y fonce, sbinaria
cours ke kiù veloze nun se pode

*

Paysage de la fenestra

A trati se reposa el passegiere et de banchina
se sbinaria de penzè en penzero, d’otro
fluxus de conscience d’abstrateza
et stu cuncerto de voz et de ligne giale
de pressentir de fine lo cominciamento
s’arza la nubila del vapor – così te sembra
et cum isso coralitate de valize qui paraîssent
nu filare de arberi de plante, un cortege
de gente c’ammaniglia lo bilieto – handle with care
et s’acomoda longo la scala, s’agenouille
comme nu pelerin n’da na prière
et se scumparta luze se svagona er core
à la limite de saugi et de tristeza
tu te regardes autour qu’entanto more

*

Paysage de la balance

Mais quel est stu scanzunato misi
sta prière de luz vermille et culurata à peine
de ma peine entracte de opera de canto
que si me smeto di spirar spittar
tout s’arouvella et goutta dopo goutta
pure la pluie s’endorme en primavera
Alors que silencieux en brique de core
se sgumenta penzero de penza ala casa
che se smove à chaque fois que se valiza
s’abagaglia, se binaria, se check-in, et afora
de quarche douganiè ou turiste en farse
de voyage, en sac et fer et foco, te guarda

*

Paysage du crepuscule sans scrupules

L’est que noche c’est brunir de templo de vespranza
Et l’âme de la curteza une cuirasse s’allenta comme la cintula
Du cazùn
À noche e noche et manu ca manu porque la finitude
– et Oshian de solitude- t’allambriqua el core
– et vulesse parlà cull’amata culla lacrima napulitana
para l’acto de resistencia rinde à lu crepuscule
mais quel est kistu signu de cordoglio ? d’arravuoglio
sinon la incapacitad d’être filu d’herbe
de restiar fanziul et core di miniera de l’or
leggiero comme nu stil comme na canne que dans le vent
s’impenna cum bandera – no, sine vessillu ni couleurcomme
un priera et sine pater, et saker ni maria ni lave
para ablar au tiempu aux classece ca s’impilent
sur le commodin et te regardent fare et dire
et te pare che te dizen :
“ tu sine mots si nniente et spirite inquiet , et sans la voix del narrator mo’
tu more e ll’anema cutté”
mais la page s’assutiglia la historia lieggela fanne scuoglie
- de memoriaoh
mare mare mare
fà comme l’onde qui s’ispesse et corre
du coté de l’autre et puis da ka et da là
fais-la turner et puis truzziulà
de la riva de partence
à kella rà distance
et transparence du profunne suonne
du sommeil
et l’est que noche, nuit de mil penzer
grossitude acciakke finitude et plaques
d’ottun sutte la fenestra ca lucive e belle
et rice ; qui si tu et qui song ie
ouvre ‘l balcun que l’aria freska et toste s’entresatte
et l’ata voce toie –kiu’ doce kiù docese
leve en pointe de fanfare et porte la nuvella
e me nascenza naissance et de belle
jeunesse
de putenza du core
et du corps qui suit la vie
et l’amie Franziska.

*

Paysage du vespero de l’esperance

Le brun du ciel ca la fenetre ouverte seria nu vel
Na caveza de nylon in nylon et cum la jambe en l’aire
Intacte, et tic à tac, et tic à tac, nu lanzillo’ du tiemps perdu
Na lanzette, que comme aigue de pointe se redresse
Nuage Nu à l’age d’or e cum la page du livre sur le dos
Huis clos de la mente et du spectacle abitacle du niente
– que la fille blonde agite lu papiel de li sorde
dans une nuit âpre cu li cunti de li cunti
et scriba penza alla riconoscenza à l’arte
de l’echanger des dons faire de la parte scunte
rà misera ggente allera

*


extraits de Il peso del Ciao, l’Arcolaio, 2012

12 avril 2017