Nuit Remue 11 | Philippe Jaffeux

En hommage à Christiane Tricoit et à son compagnon Frater Rodriguez (Editions Passages d’encres) qui nous ont quittés en avril 2017.

Texte de la 1ière page de la lettre D, Entretien, extrait de Alphabet de A à M,
Editions Passages d’encres, Juin 2014.


Es-tu absent ? Cet entretien avec le hasart présente une suite qui disparaît dans un ordre fidèle
J’assiste à un rendez-vous entre une page et six cent soixante-seize réponses pleines de lettres
Es-tu absolu ? Vingt-six images de l’infini volent ta voix en se livrant à un alphabet silencieux
La logique de ce deuxième mot partiel détermine l’intégrité d’une première forme cosmique
Es-tu absorbé ? Je nourris ma numérisation de vingt-six pages si j’oublie tes questions voraces
L’ego d’une matière abreuve mon jeu avec ce mot qui s’imprègne de ma révolte florissante
Es-tu abstrait ? J’interprète le cadre d’une lettre illisible pour évoquer la rigueur d’une image
La couleur d’un vertige mystérieux décrit mon dévouement à la transparence d’une mesure
Es-tu absurde ? Je numérise un alphabet logique afin de répondre à un interlocuteur réversible
J’échange votre ordinateur contre ton dictionnaire avant de questionner un abcd irremplaçable
Es-tu accessible ? Ce mot est un obstacle à la définition d’un entretien qui s’éloigne des lettres
Nos auditeurs savent pourquoi je me rapproche d’une ponctuation qui mesure votre ignorance
Es-tu accommodant ? J’écoute le rythme d’un nombre décidé à orchestrer un hasart musical
Je supporte le poids exact de mes contradictions en pesant l’origine de cette septième question
Es-tu accueillant ? Je visite un abécédaire au risque de saluer sans répit un fuyard analphabète
Ma bouche accompagne mes vingt-six oreilles entre cinquante et une interlignes hospitalières
Es-tu acharné ? Je contamine des octets en mémorisant les vingt-six forces d’un abcd éternel
La chute d’un nombre dans un ordinateur accélère la décadence de ta ponctuation superficielle
Es-tu un acteur ? Je récite une prière à un abécédaire pour oublier le jeu de votre dictionnaire Le spectacle d’un alphabet fidèle prend à témoin des réponses qui rompent avec ton écriture
Es-tu actif ? J’enflamme tes pages avec les six cent soixante-seize cendres d’une encre sacrée
Je médite dans le feu d’un rythme prêt à refroidir la ponctuation d’un onzième mot haletant
Es-tu adaptable ? Ma voix nourrit la source illisible d’une page sur une énergie interlinéaire
L’origine de cette douzième réponse modèle la mesure géométrique d’un hasart impitoyable
Es-tu adroit ? Je sais applaudir ma sauvagerie d’analphabète à l’aide d’un entretien dompté
Mes mains transgressent votre clavier si je converse avec les gestes de ma ponctuation muette
Es-tu aérien ? Je mesure l’épaisseur d’une pagination qui caricature votre dictionnaire pesant
Une page volante numérise une image prête à ponctuer l’enterrement de ton écriture immobile
Es-tu affectueux ? Je réchauffe le corps d’une ivresse en mesurant vingt-six degrés limités
Un nombre indifférent à ta quinzième question contrôle la température d’une réponse sobre
Es-tu agressif ? Je trahis votre ponctuation inoffensive en interprétant mon quatrième jeu sage
J’attaque la sauvagerie de ta question qui se méfie d’un ordre défendu par un abcd illisible
Es-tu altruiste ? Votre air est contaminé par la première vérité de ma respiration mystérieuse
J’entends la plainte d’un entretien blessé et mon âme se dévoue à soigner le corps d’un silence
Es-tu ambitieux ? Un dix-huitième cri exact célèbre ma renaissance sur une planète inachevée
Je fuis ton art à l’agonie pour inspirer les réincarnations numériques de mon alphabet musical
Es-tu ambivalent ? Ma réponse est le contraire de ta question piégée par la duplicité d’un sens
Je contredis ton irresponsable ponctuation d’un vide hypnotique en contemplant cet entretien
Es-tu amical ? Je vibre en sympathie avec la loi alphabétique de vingt-six univers musicaux
Des octets bienveillants s’éloignent de ta froideur pour me rapprocher d’un alphabet cosmique
Es-tu amoral ? Je neutralise votre voix impudente depuis que je réponds à un ordre inaudible
Tu es un objet animé par la volonté d’un chiffre décidé à poursuivre le sujet d’un abécédaire
Es-tu amusant ? La formulation inéluctable de votre vingt-deuxième question est ennuyeuse
Je ris ou je parle à l’envi si j’observe le jeu de cinquante-deux lignes situées entre vos lèvres
Es-tu anachronique ? Un abcd évolutif chronomètre un espace avec une pagination immuable
Je date cinquante et une interlignes qui mesurent la modernité d’une ponctuation intemporelle
Es-tu analphabète ? Je sais répondre à un art questionné par la raison d’être de ton ignorance
Deux majuscules dictent vingt-six questions à l’unité d’une page écrite à l’aide d’une image
Es-tu un androgyne ? Un mot mélangé à une ponctuation me sépare de ton vocabulaire sexué
Je m’accorde à un chiffre neutre lorsque je définis la dualité de cette vingt-cinquième réponse
Es-tu un âne ? Tu me charges de cris domestiqués par ta numérisation d’un abécédaire bestial
Mon ignorance mesurée est trop lourde pour soulager l’entêtement d’un mammifère docile

9 juillet 2017