Auteurs

Lieux

Anne-Sarah Kertudo | Le temps d’un parloir

Hafed Benotman disait que la prison avait été inventée pour faire croire à ceux du dehors qu’ils étaient libres. Je lui répondais que le handicap avait été inventé pour que les « valides » se racontent qu’ils ne sont pas empêchés. Hafed, auteur de romans, de chansons, de pièces de théâtre, comédien, a passé 17 ans en prison. Lorsque je l’ai rencontré, je faisais du conseil juridique en langue des signes. Hafed est venu avec moi parler aux gamins sourds de la délinquance, de la prison et de la liberté. Dans les yeux de ces enfants, il y avait d’abord la fascination pour le gangster et puis très vite cet amour qu’on ne pouvait s’empêcher de lui porter. Il leur a dit : « soyez fiers de ce que vous êtes, de qui vous êtes et ne laissez personne vous mettre en échec ou en infériorité ».

Plus tard, il a écrit la pièce qui devait être jouée au Palais de Justice de Paris lors du « Procès dans le noir » que j’organisais. Lorsque le ministère de la Justice a découvert son nom sur le texte – il m’avait conseillé de ne pas le citer, je ne l’avais pas écouté – j’ai été convoquée sur-le-champ par des magistrats très en colère qui m’ont annoncé tout annuler à moins que je propose sous trois jours un nouvel auteur et un nouveau texte. Cela m’a fait pleurer et Hafed a beaucoup ri : « vas-y, montre-leur que nous ne cédons pas ». J’ai écrit moi-même la pièce, et elle était sur leur bureau dans les délais.
Il me disait : « ton roman, tu ne t’en occupes pas bien. Un texte, c’est comme un bébé : lorsque tu l’as mis au monde, tu dois l’accompagner et le faire grandir ».
Le 20 février 2015, Hafed courait après le train qui allait partir sans lui quand son cœur s’est arrêté. Lorsque j’écoute ses proches autour de moi, j’ai le sentiment qu’ils poursuivent leur route, ils sont dans ce train à grande vitesse mais ne savent plus très bien où ils vont ni pourquoi.

Rebecca Wengrow a aimé Hafed. De leur histoire d’amour, elle a écrit un livre, "Trois quarts d’heure d’éternité", le temps d’un parloir. Elle en partagera avec nous des extraits. Nicolas Jaillet est auteur et musicien. Hafed et lui avaient commencé à mettre en musique les textes d’Hafed, près de 80 textes qui parlent d’amour et de liberté. Il nous en fera entendre quelques-uns.

De là où il est, Hafed va bien se marrer !

6 septembre 2018
Suivez-nous : RSS Twitter FB
Toutes les résidences en cours
Dossiers thématiques ->