écouter voir : Poésie et performance aujourd’hui

C’était le 23 mai 2018 à la Maison de la poésie.
Une soirée proposée par Fabrice Thumerel et son libr-critique. Il avait invité Gaëlle Théval & Mathias Richard,

En un XXIe siècle où tout festival et toute soirée poétique de bon ton affichent des performances, où tout tend à devenir performance, qu’en est-il véritablement de ce que l’on appelle « performance » dans l’espace poétique actuel ? En quoi se différencie-t-elle d’une simple lecture, d’un one-man-show, voire d’une saynète ? Toute action publique et éphémère est-elle performance ? « Que fait la performance à la poésie ? » (Abigail Lang).

Poésie sonore, poésie-action, poésie orale, happening, poésie pop, audio-poésie, vidéo-poésie, poésie sonique, poésie scénique, lecture-performance, poésie-performance... Que signifient ces appellations ? Quels sont leurs rapports effectifs à la performance poétique ?
Quelles pratiques aujourd’hui, verbales et non verbales ? Quelles lignées ? Quelles lignes de force ? Quels noms ?

C’est ce dont nous débattrons avec Gaëlle Théval, universitaire et critique spécialisée dans les poésies expérimentales, auteure de Poésies ready-made (2015), qui vient de publier avec Olivier Penot-Lacassagne le volume collectif Poésie & Performance (2018).

Participera également à la discussion, après sa performance, Mathias Richard, chef de file du mutantisme, cet avant-gardisme qui se nourrit de nouveaux imaginaires (SF, jeux vidéos, etc.), tout en s’érigeant à l’encontre des dérives ultra modernistes : entre autres, nous aurons le plaisir d’apprécier avec nos yeux, nos oreilles et notre imagination ce qu’apporte la technique du syntexte, au carrefour de la performance, de la poésie sonore et de la poésie multimedia.

À lire – Olivier Penot-Lacassagne & Gaëlle Théval, Poésie & Performance, éditions Cécile Defaut, 2018.

Mathias Richard et alii, Manifeste du mutantisme 1.1, Caméras animales, 2011 ;
Mathias Richard, Mutantisme : patch 1.2, Caméras animales, 2016 ;
- syn-t.ext, Tituli, 2016.

Sébastien Rongier - 18 juillet 2018