Auteurs

Lieux

Véronique Pittolo | Préserver le cœur

Préserver le cœur


Préserver le cœur (pdf) — cliquer sur l’image pour ouvrir le livre

Écritures sonores, l’atelier qui s’est tenu de septembre 2017 à juillet 2018, au lycée Rabelais et au centre Robert Doisneau, à l’occasion de la résidence financée par la Région Ile-de-France, a consisté à établir des passerelles intergénérationnelles entre lycéens et personnes âgées et handicapées.
Le dispositif sonore a facilité cet échange par le biais d’enregistrements, et de diffusion des textes d’un lieu à l’autre.
Une chaîne de poèmes a pris forme afin de maintenir le lien entre les participants.

La présence des jeunes élèves a apporté une dimension transgénérationnelle, dans l’espace parfois confiné de l’Ehpad. Un supplément créatif, l’imaginaire de la jeunesse, de la fantaisie, des libres associations. L’enregistrement des poèmes a contribué à dynamiser le groupe, à relancer l’attention, l’amplification des voix procurant un effet de temps réel et de temps restitué, bénéfique et créatif.

Si j’ai choisi d’intituler ce recueil Réparer le cœur, c’est pour répondre à la question suivante :
Est-ce que la langue du poème répare quelque chose du corps fragile de la vieillesse ? La fin de vie n’est pas un drame mais un aboutissement, un moment où on peut prendre tout son temps… C’est aussi un temps de grande solitude où les repères spatio-temporels sont perturbés : perte de motricité, fonctions sensorielles amoindries. Le processus qui prend forme dans un atelier d’écriture avec des personnes âgées, permet des moments de partage, de mise en confiance, de revalorisation de la personne.

Les séances ont lieu dans un contexte propice à la connivence : réunis autour d’une table, accompagnés de volontaires en service civique, parfois d’un membre de la famille, nous partageons des idées, puis se précise peu à peu un axe de réflexion et de création. Le plus souvent, un thème se dégage spontanément à l’issue de conversations impromptues, à partir d’un mot, d’une image (reproduction de tableau), d’un texte enregistré (poème, proverbe). Un matériau créatif prend forme, moteur pour construire une phrase, une strophe, un paragraphe. Le poème se construit progressivement, nourri par les interventions des uns et des autres.

Je remercie particulièrement Femida, élève au lycée Rabelais, dont l’attention soutenue a permis de fédérer le lien entre les deux espaces. Je remercie Béatrice Féral animatrice art thérapeute, pour sa participation joyeuse et constructive, Mr Jacques Lévy, proviseur du lycée Rabelais, ainsi que les résidents de l’Ehpad Robert Doisneau et du FAM/MAS…

Véronique Pittolo

7 décembre 2018
Suivez-nous : RSS Twitter FB
Toutes les résidences en cours
Dossiers thématiques ->