Benoît Artige | Figures libres, Maria Malibran

Pour une chanteuse de sa renommée, il eût mieux valu patienter au Purgatoire en attente des Enfers que de laisser à la postérité un aussi beau visage – je veux parler de ce portrait d’elle par François Bouchot que l’on trouve au Musée de la Vie romantique – et pas un seul témoignage du son de sa voix dont on disait alors, à New-York Paris Naples Londres Bruxelles, qu’elle était l’une des plus remarquables de son temps.

Benoît Artige - 16 décembre 2018