Numéro 00

on a lu, lisez donc

Fever, de Leslie Kaplan, présenté sur site POL.

Les Mille et Une Nuits proposent des nouvelles rares, en libre téléchargement.

Un roman traduit du néerlandais sur la transmission de l’écriture entre les générations

Dans la « petite bibliothèque de l’idéalisme allemand » des éditions Grèges, après Pandaemonium Germanicum, un roman de Lenz pas très sentimental, malgré son titre

Réédition en un seul volume de l’œuvre romanesque de Christiane Rochefort, dans la collection « Bibliothèque » des éditions Grasset.

Le deuxième tome d’une trilogie romanesque dans la grande tradition critique des littératures autrichienne et allemande

Récits de vie et de mort à travers la Pologne et le XXe siècle

Les premiers textes en prose de Paul Auster

Traversée de la mémoire des livres et des abécédaires, destruction et reconstruction d’un regard en proie à la guerre.

Histoire de Bilal l’Avertisseur, petit cousin de Nasr Eddin Hodja, sage et fou de la tradition orientale

« Tu es toi, voilà ce qui était écrit. »

La patience des déliants qui partagent les efforts du “peuple du désastre” (les handicapés), le mystère indicible de la souffrance que combat l’opiniâtre espérance ...

De la biographie d’un auteur au dos des livres qu’il écrit

De l’adolescence de jumeaux et de leur découverte du dieu des Petits Riens et du dieu des Grandes Choses.

« Comment ma seule voix d’homme peut-elle affronter tous les cris qui ont déjà déferlé sur moi ? » (Cesare Battisti, Le Monde, 2 avril 2004)

Promenade en compagnie de Robert Walser, Carl Seelig et Stig Dagerman

« Venir au peuple, ce n’est pas descendre, c’est monter » (Kateb Yacine)

Du Mexique et de diverses espèces de hasards

« Tu es seul. Ecris ! Ecris sans rien oublier » (Bujor Nedelcovici, Le Second Messager)

Un fils aîné revient dans son village natal après vingt ans d’absence. Un jeune frère lui est né, le narrateur de ce roman.

Un fils se raconte l’histoire de son père et découvre la sienne

Récit quotidien du début de l’année 1915 par l’auteur de Oreiller d’herbes et Le Pauvre Cœur des hommes.

« Le cœur du voyage est sur la veste de chanvre » (chant cité par Sôseki dans A travers la vitre)

« 177 : Il paraît que Jean Hélion, en voyage en Union soviétique en 1931, n’a pu voir ni Lissitzky ni Malevitch, tous deux en fuite »

Dernières cartouches est un roman d’apprentissage de la ville, de la société contemporaine et de la révolte contre les classes et les injustices sociales.

Récit d’une non-rencontre entre un fils et sa mère par un écrivain de la littérature allophone en Allemagne

Un tremblé du réel qui accompagne rétrospectivement la lecture et s’y ajoute mais ne s’y substitue pas.

On salue la réédition (collection L’Imaginaire) de L’Habitude d’être de Flannery O’ Connor, ensemble de lettres réunies et présentées par sa grande amie Sally Fitzgerald, et traduites par Gabrielle Rolin qui en signe la postface : "Dans l’amitié de Flannery".

« Vous devez joindre le rêve à la réalité. N’oubliez pas ! »

Une proposition de position dans le monde, au moins pour quelque moment.

Rien ne crie, rien ne dit beaucoup, ce sont des voix qui parlent, des voix qui disent nous ou je, ce sont la voix du chien, la voix de la forêt, la voix des ponts.

L’histoire d’Orimita Karabegovic, femme bosniaque, pendant la guerre en ex-Yougoslavie.

Dans ce texte de Michel Thion le monde ne s’est pas encore délimité, il n’a pas de bords à franchir ou contre quoi se réfugier.

à travers les fractures politiques et sociales de 1980 à nos jours

La literatura de cordel.

« Il est là, dans la neige déferlante. Dans ma pensée : sous la neige déferlante. Un père - et son cheval brun avec son pelage velu d’hiver, dans la neige. »