Jean-Marie Barnaud | déstabilisation de M. Jourdain

Archives : chroniques de Jean-Marie Barnaud, 2001-2005 (ancien site).



Dominique Maurizi a publié La Lumière imaginée chez Faï fioc en septembre 2016.

Philippe Rahmy publie à La Table Ronde Allegra, qui vient d’obtenir le Prix Rambert.

Le livre Louis sous la terre de Sereine Berlottier est une approche sensible et poétique de ce peintre énigmatique.

Laurent Grisel a publié, au deuxième trimestre, le premier tome de son Journal de la crise de 2006, 2007, 2008 ; d’avant et d’après.

Le dernier livre d’Emmanuel Laugier, Crâniennes, est paru aux éditions Argol en septembre dernier.

Patricia Castex Menier publie Rimbaud design chez Rougier V. éditeur.

Raphaël Monticelli a publié Mer intérieure en 2013, aux éditions La Passe du vent.

A propos de ltmw d’Emmanuel Laugier, paru chez Nous à l’automne 2013.

La Revue de Belles Lettres a consacré en 2013 un numéro à Henri Thomas

Ayaï ! Le cri de la littérature est paru chez Galilée en novembre 2013.

La question de la « présence » chez Claude Simon : relecture du Tramway.

Béton armé, de Philippe Rahmy : l’écriture à l’épreuve du voyage. Mention spéciale du jury du prix Wepler 2013.

Alain Freixe publie Vers les riveraines, recueil poétique, aux éditions de l’Amourier.

Gaston Puel, l’éditeur, le poète de Veilhes, l’ami de Joë Bousquet, est mort lundi 3 juin.

La considérable biographie de Mandelstam par Ralph Dutli (Le Bruit du temps / La Dogana) est parue en février 2012.

Hélène Cixous a publié Chapitre Los en janvier 2013 aux éditions Galilée.

Dominique Maurizi publie, aux éditions Les Arêtes, Dire à Dieu ce que je ne devrais pas dire qu’à lui .

Dominique Dussidour publie S.L.E., Récits d’Algérie aux Éditions de la Table Ronde.

Les dernières livraisons de la Revue de Belles-Lettres.

Marie Cosnay a publié Comme on expulse aux « éditions du croquant ».

Parution en français de la correspondance entre Ingeborg Bachmann et Paul Celan.

Revue Europe d’Avril, et Derrida et la question de l’art aux éditions Cécile Defaut.

Langue du chien, de Dominique Maurizi, aux éditions Albertine.

À propos de l’exposition à la Bibliothèque Nucéra de Nice consacrée à L’écriture en bribes de Raphaël Monticelli.

Jérôme Bonnetto publie chez L’Amourier Le Dégénéré, un surprenant récit sur la bêtise ordinaire.

Je vais faire un tour, de Maryline Desbiolles.

Un hymne à la paix (16 fois), de Laurent Grisel, chez publie.net.

« (…) l’énorme pas qui consiste à vouloir vivre – que l’on fait à partir d’écrire. » Évelyne Encelot

« Ne rien expliquer, mais prononcer juste. » Philippe Jaccottet

« or/ il faut sortir/ prendre l’air dans la/ rage poursuivre » E. L.

« Même si la main tâtonne/ (...) à l’intérieur on est debout » A. E.

« Je n’ai d’appétit décidément ni pour les boucles, ni pour les apothéoses, elles ont un même goût de mort. » M. D.

« Il y a donc un livre qui lit dans mes pensées ». H. C.

« La lecture est au seuil de la vie spirituelle ; elle ne la constitue pas. » M. Proust.

Cécile Ladjali publie, chez Actes Sud, Ordalie, un roman inspiré par la longue liaison de Paul Celan et Ingeborg Bachmann.

Sous la direction de Dominique Rabaté et de Dominique Viart, un gros dossier aborde la notion d’« écriture blanche ».

L’Atelier La Feugraie a publié en mai dernier Chaussées Chaussées, de Peter Huchel.

Giorgio Agamben (Juillet 2008) et Alain Badiou (Janvier 2005) : comment penser le « contemporain ».

Marie Cosnay publie Noces de Mantoue chez Laurence Teper, un « conte » fantastique dont l’héroïne a les traits d’une « Ménade ».

« Je suis ancré dans l’obstination du refus (...) Je ne veux pas être sauvé. » B. N.

« Je maintiens mon esprit dans les liens enchanteurs des livres. » H.C.

Le « simple » et Philippe Lacoue-Labarthe dans le dernier numéro de L’Animal.

Entretien de Jean-Marie Barnaud et Philippe Rahmy.

Printemps 2007 : deux livraisons de L’Étrangère consacrées à du Bouchet, et le numéro annuel de faire-part sur Jacques Dupin.

Et quant à André, venu des bords terrorisés du siècle, il persista à se taire. M. C.

Alors une tendresse m’a prise, et j’ai reconnu l’annonciation de la pitié. (H. C.)

Sous la direction de Michela Marzano est paru, en janvier 2007, un volumineux et passionnant Dictionnaire du corps.

Comment le livre de Dominique Dussidour sur Edvard Munch n’est pas seulement une initiation au travail de ce peintre, mais comment il est en soi une œuvre de création.

Une lecture de la Correspondance de Paul Celan et d’Ilana Shmueli, qui vient de paraître au Seuil, traduite par Bertrand Badiou, dans la collection La Librairie du XXIème siècle.

Une lettre (1999) à Dominique Viart, à propos de son livre sur Claude Simon, Une Mémoire inquiète (1997).

Un dialogue entre J.-M. Barnaud et Ph. Rahmy, à partir d’une approche de Béliers, de Jacques Derrida, et de textes de Paul Celan.

Note sur Mémoire du mat, qu’Emmanuel Laugier publie ce deuxième trimestre 2006, chez Ulysse fin de siècle.

Marie Cosnay publie chez Verdier un troisième livre : Villa Chagrin

Le texte ci-après est extrait du volume VI des États provisoires du poème, "Lectures fondatrices",(© Théâtre National Populaire, Les Langagières et Cheyne éditeur) dans lequel il vient de paraître, aux côtés de textes de M. Butor, J.-P. Dubost, A. Gellé, C. Juliet, S. Loizeau, T. Renard, V. Rouzeau, A. Velter.

L’Arrière-pays d’Yves Bonnefoy, dans la collection Poésie/Gallimard. L’édition de septembre 2005 est augmentée d’une postface.

Hommage à Jamel-Eddine Bencheikh, mort le 8 août 2005.

A l’occasion de la parution de La vie en désordre, chez L’Amourier éditions.

La réédition récente d’Otobiographies, de Derrida, chez Galilée, conduit à lire ou relire ce livre et à se poser la question de savoir quel lecteur il suppose et, en quelque sorte, invente.

Une lecture de Os, paru en janvier 2005 aux éditions Tarabuste.

La plus grande fidélité de ces pages consiste à poser, à nouveau, et devant la mort, la seule question qui compte : que peut la poésie ?