Le mouvement qui déplace les tables


Opérer des “affinités électives” avec des pratiques artistiques actuelles pour lire une “inscription” dans un tableau de Philippe de Champaigne.

Last Dinner, une installation de l’artiste Fabien Verschaere dans le cadre de l’exposition Apocalypse Please à la galerie Rein.

Le dispositif poétique de « La liberté du modèle » à partir de sept photographies plus une de Paul-Armand Gette.

Une « théorie des quatre mouvements » à la lecture du Fourier de Patrick Tacussel, L’Imaginaire Radical, et de quatre installations (tables) de Noël Cuin.

À partir du mouvement improbable qui déplace des tables gigognes dans une vidéo de Simon Rayssac.

Avec le Cneai une invitation à une exploration de la chose imprimée et “A Continuous Project Book” interminable.

Faire tourner les tables et les collections à l’occasion de l’exposition de Mark Dion au Carré d’Art de Nîmes : The Natural History of the Museum

Zeugma Table à partir d’une ellipse picturale d’Alain Lestié

Les photographies aériennes de Yannick Lavigne « amplification à mille joies de l’instinct de ciel en chacun »

[…] quand deux peintres Balthus et Maya Andersson posent un chat devant une table […]

Dans le mouvement par lequel Marcel Broodthaers et Francis Ponge se laissent affranchir à la rebiffe autour d’une même table.

Premiers déplacements à l’intérieur de Drapeaux Gris, exposition du CAPC de Bordeaux.