Auteurs

Lieux

Mémoire tsigane

Le deuxième versant de notre collecte de témoignages oraux, dans le cadre de ma résidence au musée de la Résistance nationale, concerne la mémoire des personnes nomades, Tsiganes pour la plupart, internées entre 1940 et 1946 dans des camps d’internement français.

La famille entière est internée. Les témoins que nous écoutons ont pu vivre dans ces camps à l’âge de quelques mois, de quelques années.

  • Contributions

  • Nicki Lorier

    récit de Nicki Lorier, dont la famille, frontalière,
    fuit la Sarre quand elle devient allemande, après la déportation du père à Dachau se réfugie à Lille,
    dans le Nord-Pas-de-Calais, qui durant l’Occupation est rattaché au commandement allemand de Bruxelles

  • Bimbam

    récit de Bimbam, dont la famille, frontalière, à l’approche de la guerre passe d’Allemagne en Belgique, puis en France,
    dans le Nord-Pas-de-Calais, qui durant l’Occupation est rattaché au commandement allemand de Bruxelles

  • Raymond Gurême

    récit de Raymond Gurême, dont la famille tsigane fut internée à Linas-Montlhéry et Montreuil-Bellay durant la Seconde Guerre mondiale

  • René Debarre, dit Bébé

    récit de René Debarre, interné dès l’âge de un an, et durant cinq années, avec sa famille dans trois camps, dont celui de Montreuil-Bellay, durant la Seconde Guerre mondiale

  • André Ney

    récit d’André Ney, dont la famille tsigane fut déportée en Pologne durant la Seconde Guerre mondiale

  • Marie « Tchaia » Hubert

    récit de Marie Hubert, internée avec sa famille dans plusieurs camps d’internement français durant la Seconde Guerre mondiale

  •  
  • Nomades en France, un rappel historique

    carnet anthropométrique, assignation à résidence, internement

  •  
  • Liens

  • Une mémoire française

    Les Tsiganes pendant la Seconde Guerre mondiale, 1939-1946

Suivez-nous : RSS Twitter FB
Toutes les résidences en cours
Dossiers thématiques ->