Anthony Poiraudeau & Sarah Cillaire | Jean-Pierre et Jean

Jean-Pierre Marielle et Jean Rochefort mènent leur carrière d’acteur dans le cinéma populaire français depuis près de soixante ans. Sans jamais avoir été, l’un ou l’autre, la très grande vedette qui à elle seule fait se déplacer les foules jusqu’aux salles obscures, leur abondante filmographie, jalonnée de grands succès et de nombreuses productions mineures, a fait d’eux des figures de la culture populaire française, et de véritables compagnons d’existence pour des millions de personnes — des personnes de leur âge et d’autres bien plus jeunes qu’eux.

Une ancienne amitié unit les deux hommes. Ils ont quelquefois partagé l’affiche des mêmes films, et ont mené des carrières qui ne sont pas sans points communs — même si, autant qu’ils diffèrent l’un de l’autre, leurs trajectoires de comédiens n’empruntent pas les mêmes chemins. Ils se côtoient, s’éloignent et se retrouvent, ils se tiennent compagnie et vivent chacun leur vie.

Pour nous, Jean-Pierre Marielle et Jean Rochefort sont à la fois des portes d’entrée vers une certaine époque de la France, vers une certaine géographie de celle-ci, et vers une histoire particulière de la culture et du cinéma français. Ils sont aussi le support de projections personnelles sur des façons possibles de mener sa propre existence — tour à tour inquiètes, dilettantes, passionnées, modestes, généreuses, enjouées, amicales.

Cette chronique nous offre l’occasion d’ouvrir un chantier d’écriture autour de ces acteurs devenus nos amis (sans que, jusqu’à présent, nous les ayons jamais rencontrés autrement qu’en tant que spectateurs), dont ils seront autant le sujet que le motif, et autant de points de départs et de possibilités de digressions.



Un chantier d’écriture autour de Jean-Pierre Marielle et de Jean Rochefort (5)

Un chantier d’écriture autour de Jean-Pierre Marielle et de Jean Rochefort (3)

Un chantier d’écriture autour de Jean-Pierre Marielle et de Jean Rochefort (2)

Un chantier d’écriture autour de Jean-Pierre Marielle et de Jean Rochefort (1).