Benoît Artige | Figures libres, Antonio Tabucchi

Onomastiquement, on pourrait faire d’Antonio Tabucchi une chose un peu japonaise : papier qui, trempé dans l’eau, s’épanouirait pour quelques secondes en fleur de clair de lune avant de sombrer au fond de la tasse, emportant son mystère – une cérémonie de la disparition, se refermant subitement sur elle-même, comme un piège tendu à la mélancolie.

10 septembre 2020
T T+