un visage d’homme, tout simplement

Benjamin Fondane pour mémoire : les Cahiers, une étude, un séminaire annuel, et désormais une place au coeur de Paris


Les amis de Benjamin Fondane (Jassy, 1898 - Auschwitz, 1944) ont tenu leur séminaire annuel à Peiresc.

Fruit de leurs travaux, un nouveau Cahier Benjamin Fondane, intitulé Autour de Rimbaud le Voyou.

Au cours de cette rencontre, il s’agissait en effet de s’interroger sur l’émergence de Rimbaud dans l’oeuvre de Fondane, sur la fascination que "le voyou" exerça sur lui, depuis le premier Faux traité d’esthétique de 1925 jusqu’aux derniers manuscrits datant de la guerre.

On trouvera en ligne sur le site quelques-unes des contributions :

- Monique Jutrin :"Sur les traces de Rimbaud"
- Jean-Luc Steinmetz : L’ "encrapulement "de Rimbaud
- Olivier Salazar-Ferrer : Rimbaud le voyou et la crise ontologique du poème

A ce dernier nous devons une biographie très accessible et néanmoins informée aux éditions Oxus.

En ce qui concerne Monique Jutrin, on sait qu’elle est l’inlassable défenseur de la mémoire et de l’oeuvre du poète et philosophe.

Nous lui devons aussi une meilleure connaissance de Rachel Bespaloff : préface de Cheminements et Carrefours (Vrin), postface de De l’Iliade (Allia) et édition des lettres à Jean Wahl aux éditions Claire Paulhan.

Quant à Jean-Luc Steinmetz, c’est un spécialiste reconnu de Rimbaud.

Après la plaque apposée au dernier domicile de Benjamin Fondane, rue Rollin (Paris 5°) :

souvenez-vous seulement que j’étais innocent
et que, tout comme vous, mortels de ces jours là,
j’avais eu, moi aussi, un visage marqué
par la colère, la pitié et la joie,
un visage d’homme tout simplement !

ses amis ont eu la joie de voir donné son nom à une place non loin de cet endroit, ce 21 mai dernier.


« Illustration » : Blaues Schwammrelief (Kleine Nachtmusik), 1960 (YVES KLEIN, 1928 - 1962)

27 mai 2006
T T+