Christian Garcin & Patrick Devresse | Mini-fictions, 3. Champions

photos Patrick Devresse, textes Christian Garcin.
Une série de textes et images en dialogue, à suivre en son intégralité ici



©patrickdevresse


Avant d’être interné, Samuel J. Philips était un biogénéticien bardé de diplômes, reconnu et respecté par tous ses confrères. Les prémisses de la détérioration de sa santé mentale apparurent évidents lorsqu’il se mit à annoncer partout qu’il entendait, à force de manipulations génétiques, créer le surhomme parfait, qui sauterait plus haut que le champion du monde Javier Sotomayor, plus loin que le champion olympique Mike Powell, qui serait plus rapide qu’Usain Bolt à la course, que Mark Phelps à la nage, et plus puissant encore que le Lituanien Zydrunas Savickasis, qui venait de réussir à soulever 524 kilos à bout de bras lors d’un concours de force, performance à laquelle Samuel J. Philips avait assisté en direct dans sa ville de Columbus, Ohio, et qui l’avait fortement impressionné. Précédemment, indiquait-il, le même Zydrunas Savickasis avait traîné sur cinq mètres et pendant trente secondes douze véhicules Nissan attachés les uns aux autres ‒ et lorsqu’il évoquait ces tours de force, dirent certains de ses confrères par la suite, d’étranges étincelles semblaient jaillir de ses yeux bleus et froids.
C’est l’éthologue Peter Z. Aravantinos qui sans le vouloir précipita l’effondrement mental de Samuel J. Philips. Un soir en effet, lors d’un cocktail à la suite de la remise d’une médaille honorifique à un directeur de laboratoire qui partait à la retraite, alors que la plupart des invités s’éloignaient insensiblement de Samuel J. Philips dont la conversation répétitive et passionnée les dérangeait autant qu’elle les inquiétait, Peter Z. Aravantinos lui fit remarquer d’un ton léger et souriant qu’envisager de telles performances n’était pas si exceptionnel, attendu qu’Usain Bolt ne courait pas plus vite qu’un modeste chat, que Mark Phelps nageait à la vitesse d’une carpe (« qui est un poisson assez lent », précisa Aravantinos), que si Javier Sotomayor parvenait à aligner les performances d’une simple gerboise il ne franchirait plus 2,40 mais 25 mètres en hauteur, que Mike Powell ferait triste figure comparé à une grenouille australienne qui, ramenée à taille humaine, serait capable d’effectuer des sauts en longueur de 180 mètres, et quant à Zydrunas Savickasis, ses performances étaient tout simplement ridicules comparées à celles du hanneton, qui pouvait porter quatre cents fois son poids, ce qui équivaudrait, pour le jeune Lituanien, à soulever non plus 524 kilos mais 68 tonnes à la force de ses bras.
Chacun remarqua qu’à l’énoncé de ces chiffres, les yeux bleu métallique de Samuel J. Philips clignèrent alternativement et de manière fort précipitée. Il ne dit rien, reposa son verre et quitta la salle en titubant. Le lendemain il était interné à l’hôpital psychiatrique Arnold Johnson.










Christian Garcin est écrivain, à lire notamment sur remue.net - lire en particulier cet entretien paru en août 2014,à la parution de Selon Vincent (Stock). Christian Garcin est auteur de nombreux livres chez de nombreux éditeurs - on se référera à l’excellente bibliographie du site des non moins excellentes éditions Verdier, ainsi qu’à sa notice wikipedia, pour en saisir l’ampleur.

Patrick Devresse est photographe. De lui, Dominique Sampiero dit : "Patrick Devresse est un homme qui regarde. Qui scrute doucement le réel autour de lui. Comme ça. Mine de rien. Et même parfois qui baisse les yeux en souriant. L’esprit ailleurs. Comme si poser une vigilance sur le monde et vivre étaient intimement liés."
Voir son site http://www.patrickdevresse.com/, et son parcours personnel.

20 avril 2015
T T+