« … réfléchir à ce qu’il en coûte exactement de gagner sa vie »

Gagner sa vie de Fabienne Swiatly vient de paraître aux éditions La fosse aux ours.


« … réfléchir à ce qu’il en coûte exactement de gagner sa vie » : remplir de dattes 1500 barquettes en polystyrène blanc si on veut « juste atteindre son chiffre » journalier, s’habiller en robe de velours bleu et tablier blanc pour servir les clients de l’hôtel qui dépenseront en un jour ce qu’on aura gagné en quinze jours, mentir sur ce qu’on sait faire et les diplômes exigés pour occuper tel ou tel poste, s’enfermer dans les toilettes pour fumer une cigarette, expliquer qu’on est malade de maladie alors qu’on est malade de ce travail où on ne se rendra pas le lendemain.

J’ai dit littérature, ils ont répondu gestion-commerce. Pas assez douée pour la voie littéraire, il aurait fallu redoubler mais les parents ne veulent pas le redoublement puisque ce n’est pas obligé. Préparer le bac pour une fille d’ouvrier, c’est déjà bien et puis gestion-commerce, ça fait sérieux. On dirait presque un métier.

Le Travail nomade, les Apprentissages, le Faire écrire sont les trois temps de ce récit chronologique où se raconte la vie de petite-fille et fille d’ouvrier polonais qui a quitté la Moselle et ne veut pas revenir sur ses pas, d’ « immigrée à la peau blanche » qui découvre le travail à Marseille, le travail à Paris, qui reçoit les phrases de ceux qui ont appris à parler en plein visage comme autant de coups mais qui se tait par manque de poings et de mots, qui se bat contre les conditions carcérales des détenus, contre le mépris et l’humiliation, contre le silence, qui s’épuise à obtenir non plus que l’espoir advienne et se dise mais les simples conditions de cette possibilité, qui un jour se retourne et regarde dans les yeux les années passées à « gagner sa vie » afin de n’avoir pas plus tard à les baisser devant leur coût.

Se détacher, se défaire. Fumer une dernière fois le dos à la porte du local, les yeux dans le vague. Souffler fort pour élargir la respiration. Aspirer, souffler et penser à demain. Fumer et réfléchir à ce qu’il en coûte exactement de gagner sa vie.


remue.net a publié des extraits de Gagner sa vie dans le numéro de printemps 2005 de la revue.


De Fabienne Swiatly vient de paraître également Sans voix/Stimmlos aux éditions En Forêt/Verlag Im Wald. Laurent Grisel a rendu compte de ce texte qui évoque les rapports d’une fille à la langue maternelle de sa mère.

Fabienne Swiatly est membre du comité de rédaction de remue.net.


Écouter la rencontre entre Pierre-Jean Balzan des éditions La fosse aux ours et Éric Naulleau des éditions L’esprit des péninsules.

Illustration de couverture de Todd Davidson ©.

Dominique Dussidour - 2 septembre 2006