KIRKJUBAEJARKLAUSTUR | Vincent Tholomé

Ça commence.

Et c’est comme ça.

D’abord. C’est voiture. Grande. À l’arrêt. Sur bord de route. Au bout du monde. Et on coulisse. Nous. À toute volée. Sa vaste portière arrière. Expédiant. Lui. Grand type mince. Dans le fond. Même pas antipathique. Par la portière ouverte. Lui faisant prendre l’air. En quelque sorte. Le faisant. Lui. Décrire circonvolution. Parfaite. Dans l’espace. Lui. Fendant. Tout à coup. Brouillard blanc. De sorte qu’il se pose. Pan. Sur bord de route. Rebondissant. Balle magique. Sur les pierres noires. Les herbes tendres. De lande. Inculte. Pas loin de ça. Kirkjubaejarklaustur. Atterrissant. Lui. Sur son derrière. Sans ménagement. Déchirant le fond. De son pantalon. Sa valise prend. Juste après. La même tournure. Même tournure que pantalon. Je veux dire. Son fond s’éreintant sur la dureté des pierres. Elle atterrit. Seulement. À quelques pas de lui. Et au plaisir de jamais te revoir. Nigaud de mes deux. On fait. On fait nous tous. Tous les cinq. Dans la voiture. Refermant porte. Brusquement. Et démarrant. On voudrait bien en trombe. Rideau. Quoi. Reprenant route. Alors. Longue et droite. Si rectiligne. Depuis des jours. Enfonçant. Nous. Le véhicule. Dans le brouillard. L’épaisse liqueur. Anesthésiante. À petite allure. 50 à l’heure. Je peux pas faire plus vite. Dit Sven. Conducteur Sven. C’est pas grave. Sven. On fait. Nous autres. On sait tous bien qu’on fait ce qu’on peut. Ici. On dit. Au bout du monde. Tandis que nous. Les passagers. On se retourne. Regardant lui. Une dernière fois. Par vitre arrière. L’autre Sven. Je veux dire. Nigaud de mes deux. Quoi. Piquet planté. Maintenant. Au bord de route. Bientôt mangé par le brouillard. Les fumerolles humides. Et blanches. Sentant la pluie. Et l’herbe folle. Quand elles passent. Vives. Dans la voiture. Par les trous d’air. Le système d’air. Sophistiqué. Nous tenant. Nous. Au chaud. Dans la voiture.

De sorte qu’on laisse. Lui. Sven. Seul. Perdu perdu. À quelques heures. À pied. De là. Des baraquements et de station-service. De cafétéria et de supermarché. Posés là. Depuis des siècles. On dirait. Non ? Sur lande inculte. De Kirkjubaejarklaustur.

Puis. On poursuit la route.

C’est. D’abord. Ça.

Qui arrive.

Un jour.

Une fois.

À Kirkjubaejarklaustur.

Ah bon ? C’est tout ?













Non. Pas vraiment.













Il y a. Plus tard. Encore ceci. C’est même jour. Même route. Dans ferme. Elle est après Kirkjubaejarklaustur. Baraquements et station-service sont tout en bas. Ferme est en haut. Sur un plateau surplombant plaine. On y installe. Nous. Sacs à dormir. On les installe dans chambre. Pas un ne parle depuis que. Nous. On a déposé Sven. Nigaud de mes deux. Sur bord de route. Le laissant seul. Perdu perdu. Dans lande. Je me demande tout de même où il est. Dit. Soudain. Sven. Petit bonnet enfoncé loin sur les yeux. À conducteur Sven.

Après.

Il y a Sven et Sven. Sven petit bonnet enfoncé loin sur les yeux et conducteur Sven. Ils sont toujours dans chambre. Il y a altercation entre Sven petit bonnet enfoncé loin sur les yeux et conducteur Sven. Ils se prennent au col. Ils sont rouges. Je comprends pas. Dit Sven petit bonnet enfoncé loin sur les yeux. Comment on a pu faire ça. C’est malin. Ça. De dire ça maintenant. On était tous d’accord. Non ? Non ? Fait l’autre Sven. Conducteur Sven. Oui. On fait tous. On était tous d’accord. De débarquer Sven. Nigaud de mes deux. C’est vérité. Oui. On dit oui. Alors c’est bon. Alors. Non ? Fait Sven. Conducteur Sven. Alors c’est bon. On fait. C’est bon. Après. On sort. On quitte la chambre. On descend tous. Dans salle à Sven. Prendre repas du soir. C’est soupe de mouton. Et de pommes de terre. Après. Après repas du soir. On se couche tous. On dort dans la même chambre. Dans sacs à dormir. Chacun le sien. On dort jusqu’à demain. Plus un ne parle. Comme s’il n’y avait plus rien à dire. Sur lui. Nigaud de mes deux. Plus un ne parle. Jusqu’à demain.

Voilà.

Voilà. Ce qu’il y a encore. Ici. Au tout début. Quand ça commence.

À Kirkjubaejarklaustur.


Après « Couples, etc. » et « The John Cage Experiences », « KIRKJUBAEJARKLAUSTUR » (qui est le nom
d’une petite ville d’Islande) est le troisième livre de Vincent Tholomé publié par les éditions le Clou dans le fer.
La cinquième soirée remue.net / scène du balcon, Le 14 mars au Centre Cerise sera l’occasion d’en entendre des extraits lus pas l’auteur, mais aussi, pourquoi pas, par son éditeur Michael Batalla, bref : de toutes les façons, il s’agira d’un échange, organisé autour du lien qui unit deux auteurs dont l’un, Battala édite l’autre, Tholomé.

27 février 2009