Les soldats morts

Il est vrai que les corps que dans la rue d’autres corps enjambent, les jeunes sans avenir et les vieux gênants, les immigrés en taule, les six cent mille chômeurs en fin de droits, les expulsés, les sans soin sans abri, sont silencieux comme des soldats morts.

Marie Depussé dans La nuit tombe quand elle veut, éd. P.O.L.

Fabienne Swiatly - 20 janvier 2013