Tournoi oulipchien. De quelques traductions possibles des "poèmes pour chien" d’Andre Alexis

Voici un extrait de la note rédigée par André Alexis à la fin de Nom d’un chien (Denöel, 2016), où il explique comment il a écrit ses poèmes. Ces contraintes ont bien sûr été respectées dans la traduction des « Poèmes oulipchiens ».

Les poèmes dans Fifteen Dogs sont écrits dans un genre inventé par François Caradec pour l’Oulipo. Ce genre fut inventé après que François Le Lionnais, l’un des membres fondateurs de ce groupe, se demanda s’il était possible d’écrire de la poésie qui ait un sens à la fois pour les hommes et pour les animaux. Dans Fifteen Dogs, chaque poème est ce que Caradec appelait un « Poème pour chien ». C’est-à-dire que dans chaque poème, le nom du chien est audible – pour celui qui l’écoute ou pour le chien – si on le lit à voix haute, bien qu’il ne soit pas explicitement écrit. Voici un exemple par Harry Mathews. Il s’agit d’un poème écrit pour Flush, le chien d’Elizabeth Barrett Browning.

My Mistress never slights me
When taking outdoor tea
She brings sweet cake
For her sweet sake
Rough, luscious bones for me.

Dans le poème de Mathews, entre les mots rough et lucious, on entend Flush, le nom du chien. De la même façon, chacun des poèmes de Fifteen Dogs contient le nom de l’un des chiens.

Cette contribution, sous forme de PDF, montre le résultat d’un tournoi de traduction au cours duquel quatre traducteurs ont présenté leur traduction de chacun des poèmes. Vous pouvez également essayer de les traduire à votre tour.

Pour chaque poème, il y a trois pages. La première contient un poème, ainsi que la liste des noms des chiens, de telle sorte que vous puissiez trouver celui qui est caché dans ce poème donné. Sur la deuxième, le nom cherché est surligné en rouge, et la troisième dévoile les traductions des quatre jouteurs du tournoi, toujours disposées dans l’ordre indiqué au début du PDF.

Santiago Artozqui

Télécharger le PDF :

24 mai 2021
T T+