Waves. Une forme poétique.

Les "waves" sont une forme littéraire qui mêle poésie et traduction et qui, en tant que telle, englobe à la fois les domaines de la création et de la traduction. Cette forme, tout en étant basée sur une approche traditionnelle de la traduction, c’est-à-dire une traduction qui s’attache à rendre au mieux le sens, le rythme et le son du texte original, n’en est pas moins une traduction créative, car, comme nous le verrons, elle produit de nouvelles connaissances. C’est aussi un outil, et nous verrons comment et pourquoi.

____

Contributeurs aux "waves" présentées ici (par ordre alphabétique) :

Santiago Artozqui — Barbara Beck — Camille Bloomfield — Anne-Laure Charbonneau — Vincent Feuillet — Irène Gayraud — Lyric Hunter — Nathalie Koble — Aya Nabih — Athena Poullos — Mary Reilly — Lily Robert-Foley — Heta Rundgren — Fipsi Seilern — Lindsay Turner — Pablo Martín Ruiz — Valentina Vuchkova — Frédéric Werst

Cette forme est construite autour d’une cellule primaire – la source –, un court poème qui commence et se termine par le même mot ou syntagme. Ensuite, ce poème est traduit, et la traduction est placée dos à dos avec l’original, symétriquement le long d’un axe vertical.

Ce diptyque est la première occurrence de la forme, qui sera elle-même appelée « wave ». Pour passer à l’étape suivante, nous devons d’abord supprimer la dernière ligne du poème, qui, par construction, est la même que la première, puis copier la version traduite sur le côté gauche de l’axe, sous l’original.


Ensuite, nous traduisons cette traduction (et non l’original) dans une autre langue, et nous la plaçons sur le côté droit de l’axe, sous la première traduction.

Ensuite, nous traduisons cette traduction (et non l’original) dans une autre langue, et nous la plaçons sur le côté droit de l’axe, sous la première traduction.

Et ainsi de suite.

Nous pouvons voir une figure qui ressemble à la représentation graphique d’une onde sonore, surtout si vous la retournez horizontalement. D’où le nom : waves.

Mais revenons à la représentation verticale, car elle est plus facile à lire. Cette représentation, outre des qualités graphiques que nous avons trouvées intéressantes, présente des avantages indéniables pour les personnes qui s’intéressent à la traduction. Elle permet une comparaison rapide entre les différentes langues en termes de sons, de concision et de prolifération. Nous pouvons également repérer les différences grammaticales, lexicales ou syntaxiques. Par exemple, l’absence d’un déterminant apparaîtra comme un blanc, un mot absent du lexique d’une langue sera rendu par une périphrase, un emprunt ou un néologisme. (Bien entendu, dans ce cas, la périphrase est la seule qui sera visible graphiquement, et l’emprunt et le néologisme n’apparaîtront qu’à la lecture).
Pour terminer une wave, nous traduisons la dernière occurrence dans la langue de départ, et ainsi, le poème original apparaît pour la première fois en entier, avec sa dernière ligne identique à la première.
C’est ce que nous appellerons la forme canonique de la Wave.

Selon notre typologie des contraintes & procédures de traductions, nous pouvons repérer trois traductions à préfixes à l’œuvre dans les waves :

- une traduction en série, c’est-à-dire une traduction d’une autre traduction, que nous avons appelée retraduction.)
- une traduction en plusieurs langues, que nous appelons polytraduction.
- une nouvelle traduction dans la langue d’origine par le biais de traductions dans d’autres langues, que nous appelons rétro-traduction.
Même si à l’Outranspo, nous n’avons pas peur de concaténer des préfixes, nous avons pensé que "re-poly-rétro-traduction sur une symétrie verticale" était dur à dire, alors nous avons appelé ça les "Waves".

Avant d’aller plus loin, nous pouvons faire quelques remarques. Tout d’abord, cette définition manque de souplesse, car elle nous oblige, par exemple, à trouver à chaque étape un traducteur capable de travailler de la dernière langue de la wave dans une nouvelle langue. Bien que concevable en théorie, cela peut se révéler compliqué dans la pratique. En outre, cette définition fixe la comparaison entre les langues dans la chronologie de sa fabrication, ce qui, en effet, constitue une limite. Cela nous a conduit à donner plus de souplesse à la contrainte, de différentes manières.
Imaginons un poème écrit dans une langue A, puis traduit dans les langues B, C et D.
Que se passe-t-il lorsque la dernière langue de la wave est une impasse pour une raison ou une autre, par exemple parce que la langue en question est très rare et qu’il est impossible de trouver un traducteur à partir de cette langue ?
C’est précisément ce qui s’est passé lorsque j’ai demandé à Frédéric Werst, que je remercie par la présente d’avoir accepté, de traduire un prototype de wave dans la langue qu’il a inventée : le wardwesân. Il est évident qu’il ne sera pas facile de trouver un traducteur de wardwesân en roumain, par exemple. Donc, le premier amendement est une transgression d’une des règles les plus fondamentales de la traduction : nous insérons la langue W entre deux autres, au milieu de la wave, ce qui la fera apparaître comme une traduction d’une langue autre que celle à partir de laquelle elle a été effectivement traduite.

En raison de cette transgression, nous appellerons cette wave la trans-wave. En franchissant ce pas, nous perdons quelque chose sur le plan déontologique. Mais si nous acceptons et étendons ce principe de recombinaison pour les poèmes de la wave, nous pouvons comparer chaque langue avec toutes les autres. Bien sûr, chaque fois que nous ajoutons une langue à une wave, le nombre de recombinaisons possibles augmente. En fait, pour n langues, le nombre de recombinaisons est n !

Par exemple, pour trois langues A, B et C, il y a six recombinaisons possibles.

Plus généralement, pour n langues, il y a n ! recombinaisons possibles.
n ! = n(n-1)(n-2)(n-3)...
Par exemple, 6 ! = 6x5x4x3x2x1 = 720

On peut donc voir que pour six langues, il y a 720 façons possibles de recombiner la wave, même si la plupart ne sont que des permutations les unes des autres, comme la première et la cinquième dans le tableau ci-dessus. En fait, il n’y a "que" 120 configurations vraiment différentes de la wave.
Ces recombinaisons sont susceptibles de dévoiler des aspects du poème qui ne seraient pas visibles autrement, et c’est pourquoi elles sont intéressantes, mais elles sont trop nombreuses pour que nous puissions les traiter manuellement – j’y reviendrai.
Mais penchons-nous pour l’instant sur la wave canonique. Jusqu’à présent, nous n’avons envisagé qu’une version idéale du concept, dans laquelle chaque traduction serait "parfaite". Évidemment, ce n’est pas un idéal que nous visons, d’abord parce qu’il n’est pas très réaliste de postuler qu’une traduction est parfaite, mais surtout parce que, lorsqu’elle n’est pas parfaite, les choses deviennent beaucoup plus intéressantes.

Selon les règles que nous avons établies, chaque traducteur travaillant sur la wave ne le connaît pas en totalité, il n’obtient que la cellule (ou l’occurrence) sur laquelle il travaille. Cela permettra l’apparition de variations erratiques, en fonction des homonymies entre les langues impliquées ainsi que de l’interprétation du traducteur, qui emmènera la wave vers des significations non pensées au début du processus.

C’est pourquoi la retraduction de la dernière cellule dans la langue d’origine est importante. Elle nous permet de voir les transformations qui ont pu avoir lieu au cours des différentes traductions. Il est nécessaire de préciser que ces transformations ne sont jamais des "erreurs", car au sein de l’Outranspo, comme vous l’avez peut-être compris, les erreurs de traduction n’existent pas, et les différences que certains interprètent comme telles ne sont que des traductions pour lesquelles les préfixes n’ont pas encore été inventés.

De même, dans la wave où figure la contribution de Frédéric Werst, un heureux hasard a fait apparaître dans la version Wardwesân un jeu de mots qui n’existait pas dans l’original. Le mot "gera", qui signifie "espoir", est un homonyme de "gera", "pluie", et ainsi la métaphore "espoir liquide" y gagne l’image "pluie liquide" - d’autant plus intéressante que le monde des Wardwesân a un climat aride. Dans la version canonique de cette vague, le traducteur qui vient après essaiera probablement de rendre ce double sens, ce qui conduira le poème vers des significations qu’il ne possédait qu’en puissance.

Pour voir la wave suivante dans sa mise en page d’origine, cliquer ici :

Lorsque nous regardons cette wave, la proximité entre l’anglais et le français devient apparente, car la symétrie le long de l’axe vertical est forte dans la première partie de la wave, où les deux langues sont dos à dos. D’autre part, nous pouvons voir que wardwesân brise cette symétrie plus ou moins de la même manière pour les deux langues, ce qui peut suggérer que Wardwesân est aussi éloigné de l’une que de l’autre. Bien sûr, un simple poème ne suffit pas pour tirer des conclusions définitives, mais la wave fournit toujours une hypothèse qui pourrait être confirmée dans un corpus plus large.
On peut aussi noter que sur la ligne "où les solitudes faseyent", la dissymétrie est importante, et qu’elle indique donc la présence probable d’une périphrase dans la traduction ; comme Frédéric Werst l’a confirmé, c’est bien le cas.
Il est également intéressant de comparer la première et la dernière version du poème en anglais, et de voir comment il a évolué.

On voit donc bien que les deux formes de waves ne visent pas la même cible : la wave canonique favorise la liberté et l’évolution naturelle, tandis que la trans-wave favorise la comparaison entre les langues. C’est ce qui explique le choix de notre sous-titre : "une forme, un outil".
Maintenant, je voudrais revenir au point que nous avons laissé de côté au début, lorsque j’ai mentionné la croissance rapide du nombre de combinaisons possibles chaque fois que vous ajoutez une langue à la wave. Il est évident que l’on a l’impression qu’un peu d’informatique pourrait aider à gérer tout cela.
Nous aimerions donc, à terme, développer une application ou un logiciel qui permettrait à chacun de recombiner une wave selon ses propres critères, en imposant ses propres contraintes sur la façon dont elle doit s’agencer. Par exemple, on pourrait interdire l’apparition de deux langues romanes dos à dos, mais bien sûr, on peut en trouver beaucoup d’autres. Il est évident que la wave doit être suffisamment longue pour être intéressante.
Plus tard, si nous sommes vraiment optimistes, nous imaginons de présenter les Waves dans des expositions, où, grâce à des écrans tactiles, les gens pourraient jouer avec elles, les recombiner de différentes manières pendant que les poèmes sont projetés sur un grand écran. Il serait également possible de superposer un enregistrement audio de deux versions quelconques, pour entendre où elles se rejoignent et où elles diffèrent, et comment. Ainsi, en soustrayant les sons ou les graphèmes correspondants d’un poème et de sa traduction, on pourrait entendre ou voir ce qui reste : un substrat physique des différences entre les langues.
Je voudrais commenter un dernier point qui me vient naturellement à l’esprit. Si vous écartez la contrainte selon laquelle le premier et le dernier vers doivent être identiques, vous pouvez appliquer cette technique à un corpus de poèmes existant. Par exemple, vous pourriez prendre un sonnet de Shakespeare et construire une wave avec toutes les traductions de celui-ci que vous pouvez trouver. Bien sûr, le résultat sera probablement moins agréable à l’œil, car le sonnet a une métrique régulière, mais il devrait tout de même fournir de nouvelles informations, non seulement sur la traduction, mais aussi sur le sonnet lui-même, car avec la multiplicité des points de vue mis en valeur par la présentation graphique et audio, chacun trouvera des connotations auxquelles il n’avait jamais pensé.

D’autres formes de poésie, comme le haïku, ont également des structures formelles qui pourraient facilement être traitées ainsi. Bien sûr, une autre utilisation possible de la wave serait de comparer différentes traductions d’un poème dans la même langue. La possibilité de les combiner selon une contrainte donnée (par exemple chronologiquement, géographiquement, ou par leur métrique...) fournirait certainement des connaissances utiles.
Les waves suivantes sont les premiers résultats de cette idée. Nous avons déjà commencé à les développer, et avons demandé à des traducteurs, des poètes et des écrivains de nous donner un coup de main. Nous essayons maintenant de passer à l’étape suivante et de trouver les moyens de développer le logiciel.

Santiago Artozqui

4 octobre 2020
T T+