005.Tillieux

Maurice Tillieux Héroic, éditions Daniel Maghen, 2011, ISBN 9782356740212

« Pour respecter la règle de la collection - donner la parole à l’auteur et à lui seul - les textes accompagnant les dessins sont extrait d’interviews accordées par Tillieux tout au long de sa carrière. Le livre, réalisé par Vincent Odin, est constitué de 8 chapitres sous le signe des principaux héros de Tillieux : les Heroic Albums, Félix, César et Ernestine, ou encore Gil Jourdan , la série qui propulsa son auteur parmi les plus grandes signatures du Journal Spirou.  » Extrait du communiqué de presse. La galerie Maeghen a publié cette année, suite à l’exposition du même nom, un catalogue — sublime — consacré à Maurice Tillieux : Maurice Tillieux Heroïc. Maurice Tillieux est principalement connu pour sa série Gil Jourdan, et c’est peut-être dans cette série que son art du scénario est le plus manifese (je pense à deux albums prodigieux, Les cargos du crépuscule ou Le Chinois à 2 roues). Avant de travailler pour Spirou (le journal), Tillieux avait créé la série Félix pour Héroïc-album (1946-1956). Félix met également en scène un trio, du moins dans ses ultimes épisodes. À la demande de Dupuis, Tilleux abandonne ce personnage et crée Gil Jourdan, il désexualise par la même l’unique personnage féminin (Linda devient Queue-de-cerise), abandonne le côté hard boiled et la relative noirceur N&B de Félix pour lorgner (toujours à la demande de Dupuis) vers le style de Franquin. Les scénarios seront plus construits mais les personnages en sortent — me semble-t-il — un peu affadis ; mais à cette perte relative (elle est identique chez Hergé : passage aux 62 pages et à la couleur) succédera la possibilité de la mythification. Le livre que publie la galerie Maeghen est en tous points, remarquable, c’est un bijou d’édition. Trois papiers différents dont des calques de coloriages et de nombreuses planches inédites. Cette même année 2011, les éditions Dupuis ont fini de rééditer, l’intégrale Gil Jourdan — et dans une édition, remarquable. C’est aussi à nouveau l’occasion de regretter que le beau travail d’édition de l’intégrale Félix par les éditions Niffle n’ait jamais été achevé.


5 mars 2011
T T+