Laurent Herrou et Pauline Sauveur | Un monde _ Tir à vue

Un monde_Tir à vue mêle deux voix, qui se répondent, se complètent : Laurent Herrou raconte son rapport à Nice et aux hommes qu’il y a aimés, ramenés à ses souvenirs par l’attentat du 14 juillet 2016 ; Pauline Sauveur interroge le statut de la femme dans la littérature, dans la politique, la société, la publicité. Elle est habitée, incarnée, vibrante, en colère parfois, ironique beaucoup ; lui est froid, analytique, détaché malgré l’implication autofictionnelle.



Lecture du texte intégral Un monde_Tir à vue par les auteurs, en mémoire des évènements du 14 juillet 2016.

Un an après l’attentat du 14 juillet de Nice.
Annonce de la lecture du texte intégral.

Je n’avais pas envie de lui répondre, ça avait clos la conversation.

Nous avions noté : article #5 textes libres.
Suite possible du propos.

Lire au public, à deux voix, c’est dire deux fois, se répondre. C’est une répartie, du vent, du bruit. C’est l’espoir de l’écho. Ce qui parfois se crée et qui parfois revient.

Séance d’enregistrement de la lecture Un monde _ Tir à vue à l’Auditorium de Bourges le 7 juin 2017.

Ce n’est pas un cadeau non plus.
C’est là, vous avez de la chance : nous sommes là.
Nous vous avertissons de notre présence, nous sommes des klaxons si vous voulez.

Introduction à une nouvelle chronique : "Deux textes mêlés dès le départ pour une lecture performance, qui abordent l’indissociable dimension politique de ce que nous sommes."