Hilda Morley | À Louise Varèse



Pour l’avoir observée
voici près de 30 ans
comme elle
se faufilait entre voitures,
hêlant
un taxi pour nous tous –
la « Pony » de Varèse –
pour l’avoir connue plus tard
& après
sa mort,filant tel un daim
au concert,
son visage tel un rubis
un médaillon,
& il y a 6 ans
la voir : visage galbé de
déesse à qui l’on offrirait des guirlandes –
ses yeux immenses,
emplis
d’une mystérieuse lumière,
la frange
d’une fleur qui ne fane jamais
du haut de ses 90 ans à présent,
un régal
de nouveau cette dignité,
la splendeur
d’un jeune vendeur ambulant ayant
appris à longtemps fixer le soleil,
téméraire,
à vif avec la férocité du soleil,
sa douceur
si personnelle.


New York, 1980



John Blee | Orchard cluster

Louise Varèse (1890-1989) née McCutcheon épousa Edgar Varèse en seconde noce en 1922. Proche des Dadaïstes new yorkais, elle expédia le fameux « Urinoir » de Marcel Duchamp (qu’elle appelait « Buddha de la salle de bain ») à la Société des artistes indépendants. Écrivaine, traductrice du français, en particulier d’Illuminations de Rimbaud, et de Saint-John Perse.

Poème extrait de To Hold in My Hand, The Sheep Meadow Press, New York, 1983.
Traduction de Patrick Beurard-Valdoye.

8 décembre 2023
T T+