Guillaume Fayard | d’une ville d’une pièce

C’est le premier texte de Guillaume Fayard pour remue.net, extrait de D’une ville d’une pièce.

Présentation par l’auteur :
Marseille est une ville bruyante, et je suis bien placé pour le savoir. J’habite dans les travaux. Tout y passe, l’avenue, le sous-sol, l’appartement voisin. La façade. Comment écrire (vivre) dans ces conditions ? Comment lutter efficacement contre la pollution sonore ?

D’une ville d’une pièce est d’une ville, d’une pièce - texte d’écoute, étendue ou réduite (Schaeffer). L’ensemble du texte est écrit tel que dit, d’une pièce littéralement - une seule longue ligne, coupée de retours-chariot et de (presque, quasi) phrases intermédiaires, trichées. Ici, entr’acte : un épisode hors de la ville (enfin !), pour trouver du nouveau, sans doute.

Un premier extrait a été publié dans la revue marseillaise Monsieur Thérèse, où l’on peut retrouver également Arno Calleja
Un premier livre Sombre les détails a été édité aux éditions du Quartanier, fin 2005


(dimanche / accéléré de fées / terrasses / précisions douces)


Et ponctuée, marquante

vers le soir bucoliques vraiment dans la respiration de cinq attentifs à soudain d’étendue et d’oiseaux

et d’anges, vraiment

les traits blanchis dans leur surexposition brute omniprésente à la mémoire

revenus hésitants, balbutiants de rêves ou plus loin encore il y a quelques années, en anecdote

futile, racontée aux amis, d’anges aperçus dans des moustiques

vraiment, par angle de lumière aveuglante rasante, dorée

et zézayant tremblés dans un contre-jour de forêt et agités

en grappes, mobiles

et agressives et figurant des fées vraiment, pour l’oeil, à s’y méprendre

dans leur surexposition brute et l’organisation des angles de la lumière, vibrante, puissante, légère

en une clairière

futile de la conversation ouvrant sur le passé et peu lointain encore d’une autre vie à l’étranger, et dans des allusions

aux passages fréquents et réitérés dans une forêt classique, du Nord, de l’Europe chaque dimanche de ce moment, avec ses représentations

et dans une autre langue ses nains de jardin elfes, et fées bien entendu et évoquée un temps futile à déborder

en anecdote, d’un trait, légère comme de Walt Disney presque, quasi et de dimanche

réexpliquant les faits environnants d’autres personnages et rapports n’ayant pas de rapport direct avec les personnages présents ni même les grappes, mobiles, violentes le vrombissement, aigu et féérique

mais et, les bordant de contexte ce saisissement dans la lumière le blanc éclatant ravivant comme un complexe de formes ramenant l’une

à l’autre et le glissement des deux sur les façades dans un anachronisme des références

brouillage et rapprochement de l’un à des vrombissements plus volubiles machines revenant en mémoire du fin fond de l’appartement, jusqu’au balcon

dans ses échafaudages, en ce dimanche, sis après l’effondrement du temps tout du long

d’une semaine vraiment cinq longs jours travaillés et pendants, crochetés de petites missions, de vitesses et gesticulant

dans des trains suspendus

à des obligations

et difficilement souple.

Et constamment heurtée, encore

en tête, ramenant au travail dans le contexte

et à l’appartement dans l’étroitesse, et la continuité vraiment, du martèlement des bruits des travaux dans la ville, ayant occasionné, sans l’ombre

d’un doute vraiment sans une ambivalence la fuite, hors de la ville pourtant toujours plus calme des dimanches

mais et, avec les anges

maintenant bien en tête prenant imperceptiblement le large

depuis l’église traversée tout à l’heure dans maintenant l’ampleur et respirante du lieu, retenue au visage dans quelque chose céleste, pétri

de cinq aux visages de religiosité presque, quasi, repeints, dans leurs presque quasi vitrails, épais, comme en un lait

et lessivés et accrochés, repeints, vraiment suspendus crochetés, presque à leurs fils, quasi, en linges

et de plomb noir pataud comme un liquide encore, épais

sucré de miel dans un anachronisme de maçonnerie médiévisante

la pierre des traits le rugueux des visages accentués, la luminosité, tranchante, et / ou diffuse suivant les angles

d’apparition du soleil dans la marche vraiment, pointant la vue, dans les façades vraiment à soudain d’éblouissement

et d’étendue, traversée de traits d’oiseaux dans le coton lâche, défait en gaze, entre deux murs

fermant la vue dans l’ouverture

entre deux maisons, de village, et dans le défilé, tranquille

et oscillant des yeux dans la ruelle, vers un peu plus bas lézardant

dans l’affection, proche la présence des corps, proches, ralentissant tranquilles paisibles, mais et, cette fois, assis

délicatement proches affalés, amis, dans un à-plat de temps et libre

à une terrasse, nourrissant des envies

toutes en extériorité caressée dans la présence

restaurant proche de volumes désirables, en leur contour, précis, appuyés au rebord

d’une table dans la proximité.

Du papier, blanc

de librairie, d’ouverture ce dimanche

neuf encore terrasses offertes à regarder, dans l’arrangement

d’outils, d’aluminium, brillant, qu’elles offrent sur les tables dans le soleil, carafes

et courbes, en étalage, montées en des étagements, de pentes, et pointes jusqu’en les promontoires

d’os sous la peau

formant visage dans des précisions douces

la peau si douce visage si tendre et si friable, l’exactitude des plans le trait, aigu dans l’emportement généralisé des formes

les os appuyant sous la peau précis chacun des traits parfait en un moulage

et saisissant un heurt chacun relief saillie une réalité pleine

aigûe, chacun un rééquilibrage et un renouvellement

constant perpétuel des pressions exercées sous la peau du visage, en une tension, vivante simultanée, dans tous les sens

mais et l’emportement des formes, nécessairement, les éloignant, et à la longue, distendus en des exagérations

inquiétantes hors symétrie vraiment et le poids de l’âge, s’y ajoutant, tirant

de tout son poids de vraiment agglomération refonte, aboutissant

à des effondrements quasi de l’équilibre, nécessairement

et s’affaissant mais et très-progressifs vraiment, dans la lenteur

extrême et de la même façon à des effondrements d’images dans la moiteur

de la mémoire, à écraser vraiment les chronophotographies subites et constantes, refaites

distraites, ajoutées dans la marche vraiment, refaites des événements, précises, mais et méconnaissables

en des compressions inédites évian, diaphanes, plus ou moins blanchies par endroits, plus tassées cassées presque, quasi

mais et bientôt évacuées à mesure qu’elles se prennent, au jeu et comme un ourlet mal

repassé de l’écrasement ne revenant jamais reste froissé, toutes à se déployer un temps, avant toute fixation, en déroulé, un bref

délai, ouvert, en fleur, fripée et de surabondance vraiment, trop peu de temps ouverte, presque puis agrégeant

dans des points faits, sur les dernières semaines de dur et l’enchaînement des notes

à commenter encourager régler, dans l’empressement

l’arrangement d’ensemble l’imprimatur d’ensemble, sans faille, l’effon-drement

systématique du lieu en raccourcis et résumés

dimanches

la globalisation vraiment écrasant tout, jamais

trop paranoïaquement considérée.

Fred Griot - 30 mars 2006