Urbain trop Urbain | « Nø City Guide »

« Nø City Guide Shanghai » : un livre numérique d’un genre inédit, dédié à la pratique imaginaire ou réelle de la ville dont il constitue une monographie. Il est diffusé au format PDF pour ordinateur ainsi qu’au format epub pour iPad.
● 714 pages à télécharger. « Shanghai » est monté en format à l’italienne 30×18 cm. Des milliers de liens, son et vidéo inclus, une navigation pensée pour une lecture intuitive confortable en plein écran avec Acrobat Reader (logiciel gratuit).
● Un ebook conçu avec tous les enrichissements possibles et reposant sur les dernières avancées du format epub, pour une lecture agréable et immersive sur iBooks dans l’iPad.

Claire Dutrait & Matthieu Duperrex, Urbain, trop urbain
contact[at]urbain-trop-urbain.fr



L’objet, le sujet de cet ensemble, Shanghai, est comme Dieu : un infini à dimension humaine. Il lui fallait une forme digne de lui, une forme qui condense et qui développe les savoirs et les pratiques numériques, typographiques et éditoriaux. C’est chose faite avec le premier opus de la collection « Nø City Guide ». 700 pages de littérature, de photos, de sons, de vidéos ; est-ce suffisant, est-ce trop pour envelopper la mégapole, pour esquisser son portrait ? Ni trop ni trop peu, mais juste mesure pour l’entreprise folle de partager ce que nous fait le monde, à nous qui l’arpentons.

Les paléographes qui se pencheront un jour sur nos productions donneront un nom aux textes numériques, à cette forme non pas hybride mais composée d’éléments jusqu’alors inconciliables, à la fois volumen et codex. Volumen car ces textes se présentent à la manière d’un papyrus, une surface que le lecteur déroule durant sa lecture, horizontalement ou verticalement. Codex car le "livre" numérique alterne une suite de rectos et de versos, comme le font les livres cousus/collés.

Mais ils verront surtout, admirant ce premier « Nø City Guide » alors devenu objet du patrimoine, la subtilité du code informatique développé pour permettre une lecture fluide sur écran, mais aussi l’écoute et la contemplation ; ils verront la maîtrise des normes typographiques et la faculté d’en jouer dans ce nouvel espace extensible à l’envi sans qu’il soit nécessaire d’abattre des forêts entières ou des troupeaux de chèvres, de moutons, de veaux, de porcs, d’agneaux ou d’éléphants pour fournir le support ; ils verront enfin d’autres pratiques éditoriales et de diffusion se distancier des manières anciennes et pyramidales, des pratiques portant une attention accrue aux œuvres comme à leurs auteurs. Ils auront alors comme moi, ce cri du cœur : « Badezir ! »

On dit que Badezir (850 av.J.-C.), phénicien de Tyr, fils ainé de Jethbaal, fut le premier à traverser l’Atlantique. Son nom est gravé sur la Pedra da Gávea, l’autre montagne de Rio de Janeiro. Badezir ! Premier homme à atteindre les Amériques, à accomplir l’impossible traversée entre l’ancien monde et le nouveau.

Certains grognons diront qu’on ne découvre jamais rien. Que les grands explorateurs ne le sont que parce qu’ils servent les intérêts des puissants. Pauvres Aguirre, Baffin, Colomb… Et qu’un tel livre numérique, qu’un tel colosse nous ramène, au mieux, au temps des enlumineurs, ou qu’il nous soumet, au pire, à l’esprit de notre époque de surconsommation. Puisque la possibilité technique existe de fabriquer de tels universaux, alors en mettre plein la vue. Empiler les couches de splendeurs, reproduire, en quelque sorte, le tour de force du Psautier de Ramsey, de la Légende dorée, des Evangiles de Lindisfarne, du Livre de Kells, des Très riches heures du duc de Berry, des Grandes chroniques de France.

Démesure ? peut-être. Un écart de compétence sépare celui qui découvre, aujourd’hui comme hier, une telle œuvre monumentale, et les rares capables de la faire exister. Moines enlumineurs, calligraphes, codeurs. Un immense écart. Pourtant, rien n’est plus pareil. Nous ne reviendrons pas au temps des cathédrales. La fabrication des œuvres n’assèche plus les coffres du royaume, les bibles ne sont plus mises sous clé par les princes. Non seulement le développement de l’imprimerie leur avait permis de circuler, mais elles mettent aujourd’hui en rapport ceux qui font les œuvres, ceux qui produisent les supports et ceux aiment s’en servir, ces trois sphères apprenant à se fondre les unes dans les autres.

« Nø City Guide », somme numérique et galaxie, se saisit de la mégapole, circule à un prix accessible, sans cryptage ni protection. Nous sommes quelques-uns à le dire : il ne s’agit pas seulement d’une mutation du livre. Il faut être naïf pour croire qu’un pan de la société peut se réformer en profondeur sans que cette transformation soit portée par un bouleversement affectant l’ensemble de la société. Il s’agit de notre vieux monde commun en train de faire peau neuve. Merveille. Partage. Badezir !

Philippe Rahmy - 24 février 2012