Benoit D’Afrique à la maison des Jardies (Sèvres, 92)

Benoit D’Afrique, né en 1997 en Haïti, est poète, photographe et président de l’association le Cénacle des Treize. Directeur de publication de la revue littéraire et artistique Débridé, il est également responsable de la rubrique « Pro’sie » de l’Éclectique, revue étudiante de l’université Paris-Sorbonne (où il a étudié les lettres modernes). Il souhaite se consacrer à l’écriture d’un premier roman, provisoirement intitulé « Plein d’ailleurs », qui portera sur l’absence, l’enfance et le deuil comme figures lyriques et moyens d’habiter la mémoire au détriment de l’oubli.

Bibliographie
Il a publié L’enfant n’est pas mort (éditions Z4, 2018, réed. CORRECTPRO 2021) ; Ma mort (éditions Bruno Doucey 2016, Prix international de Poésie en liberté) ; Mots ouverts (finaliste du Prix international Léopold Sédar Senghor 2020).
Bibliographie sur sa fiche Wikipédia.

Son projet de résidence
Cette résidence vise à mieux faire connaître la poésie contemporaine à un large public, notamment auprès des lycéens et les inviter à penser les notions de frontière, parole, mémoire, et surtout celle de la figure maternelle, par le biais d’ateliers d’écriture et de lecture. Des rencontres croisées avec des artistes sont prévues.

La structure d’accueil
La maison des Jardies, à Sèvres (92), ancienne propriété de Balzac, est consacrée majoritairement au souvenir républicain de son dernier propriétaire, Léon Gambetta. La gestion est assurée par le Centre des monuments nationaux.

Ici nul souffle n’est à l’abri

Un court texte du poète Benoit D’Afrique qui raconte les fêlures de sa terre natale

Papier, printemps, oiseaux.

Trois mots qui mènent les "émotions éruptives" du poète Benoit D’Afrique en résidence à la maison des Jardies (Sèvres)