Christian Garcin & Patrick Devresse | Mini-fictions, 28. Obsession

photos Patrick Devresse, textes Christian Garcin.
Une série de textes et images en dialogue, à suivre en son intégralité ici



©patrickdevresse


En août 1934 le jeune Yoshimoto Daijiro, qui s’amusait à fouiller la terre dans le but d’y déloger quelques scarabées ou lombrics qu’il pourrait torturer à loisir, déterra dans un champ non loin de Nara un tesson décoré manifestement très ancien qu’il donna à sa mère, qui le remit à son mari, qui l’apporta le lendemain à la préfecture, qui le signala au ministère, qui dépêcha une équipe archéologique sur place. Après quatre mois de fouilles ininterrompues il s’avéra que la ville légendaire de Fujiwara Kyo, capitale impériale du Japon du VIIe siècle, se trouvait intégralement enfouie à cet endroit, sur environ cinq kilomètres carrés. Le jeune Yoshimoto Daijiro en fut profondément ému, et il ne savait comment exprimer son enthousiasme. « Une capitale sous nos pieds ! », ne cessait-il de répéter en sautant partout autour du chantier de fouilles, « Une capitale sous nos pieds ! Une capitale sous nos pieds ! »
Pendant la guerre les fouilles furent interrompues, puis reprirent sitôt la paix signée. Le père de Yoshimoto Daijiro était mort au combat, mais cette triste péripétie avait à peine réussi à le distraire momentanément de sa préoccupation principale, qui était qu’une capitale se trouvait sous ses pieds. Il entreprit dès 1946 des études d’archéologie qu’il réussit brillamment, et consacra ensuite sa vie au chantier de la ville impériale de Fujiwara Kyo. Il mourut d’un cancer de l’estomac soixante-deux ans plus tard, alors que les fouilles n’étaient pas encore terminées. La dernière image qu’il emporta avec lui ne fut ni le visage de sa femme ni celui de ses deux filles mais celle du tesson décoré qui avait changé le cours de sa vie. « Une capitale sous nos pieds ! » furent les dernières paroles qu’il prononça d’un air exalté à mademoiselle Takada Setsuko, l’infirmière débutante qu’il prenait pour sa mère et qui le regardait d’un air un peu distant.



Christian Garcin est écrivain, à lire notamment sur remue.net - lire en particulier cet entretien paru en août 2014,à la parution de Selon Vincent (Stock). Christian Garcin est auteur de nombreux livres chez de nombreux éditeurs - on se référera à l’excellente bibliographie du site des non moins excellentes éditions Verdier, ainsi qu’à sa notice wikipedia, pour en saisir l’ampleur.

Patrick Devresse est photographe. De lui, Dominique Sampiero dit : "Patrick Devresse est un homme qui regarde. Qui scrute doucement le réel autour de lui. Comme ça. Mine de rien. Et même parfois qui baisse les yeux en souriant. L’esprit ailleurs. Comme si poser une vigilance sur le monde et vivre étaient intimement liés."
Voir son site http://www.patrickdevresse.com/, et son parcours personnel.

9 novembre 2015
T T+