Laurent Grisel | Il y a un préposé aux légendes familiales dans chaque famille

En 2005, remue avait publié quatre des Poèmes improvisés sur des thèmes siciliens ou crus tels. Sur imagine3tigres, Laurent Grisel vient de mettre en ligne l’ensemble de ces poèmes ainsi que leur traduction en italien par Beatrice Monroy qui est également à l’origine du projet bâti autour de la légende du Kitab des Kutub de la Famille Carabillo.

Le tableau ci-dessous s’intitule Partenza da Quarto [L’embarquement à Quarto]. Peint par un artiste inconnu, il se trouve à Turin au musée national du Risorgimento.

À propos de l’expédition des Mille dont il est question dans le poème, lire cet article sur Wikipedia avec des liens vers des sites en italien.


Les gens du pays savent que ce ne sont pas les lois du sang

mais les légendes

qui créent les familles, qui les font

descendre d’elles-mêmes.

Chaque génération peut donc inventer sa légende

et récrire l’histoire en remontant de grand-père

en grand-mère, d’arrière arrière arrière

grand-mère en arrière arrière arrière arrière

grand-père.

On récrit tout

et on va chez l’artisan relieur qui nous fait des livres

à l’ancienne.

Notre devoir est de récrire l’histoire

parce que maintenant c’est entre gens comme ci

et comme ça qu’on fait l’histoire,

qu’on fait l’association, l’insurrection, la conquête

de l’île par Garibaldi,

Bixio

– et les leurs

et leurs propres enfants,

femmes et hommes

qui continuent

feront des légendes à leur tour

ni médiocres

ni tristes.

Dans chaque famille, un préposé aux légendes.

Et s’il ne convient, on en change.





In ogni famiglia c’è un deputato alle leggende familiari

La gente del posto sa che non sono le leggi del sangue

ma le leggende

a creare le famiglie, facendole

discendere da esse stesse.

Ogni generazione può dunque inventare la propria leggenda

e riscrivere la storia risalendo dal nonno

alla nonna, dalla bis bis bis

nonna al bis bis bis

nonno.

Si riscrivere tutto

e si va dal rilegatore che ci fa dei libri

fintoantichi.

Il nostro dovere è di riscrivere la storia

perchè ora è tra gente così

e cosà che si fa la storia,

che si fa l’associazione, l’insurrezione, la conquista

dell’isola da parte di Garibaldi,

Bixio

– e i loro

e i loro figli,

donne e uomini

che continuano

faranno delle leggende a loro volta

né mediocri

né tristi.

In ogni famiglia, un deputato alle leggende.

E se non conviene, lo si cambia.

Traduction de Beatrice Monroy.

23 mars 2013