Philippe Dollo | No pasa nada

Dans ce portrait d’une Espagne contemporaine à travers le schème du silencio, No Pasa Nada cherche à mettre en image une particularité profonde et unique affectant l’ensemble de la société espagnole depuis presque un demi-siècle.

A la mort de Franco en 1975, le roi Juan Carlos engage le pays dans une transition démocratique pacifique qui sera saluée dans le monde entier. Ce succès aura un prix : el pacto del olvido, le pacte de l’oubli. Violences, exactions, répressions, crimes et massacres datant de la guerre civile et de la période dictatoriale sont amnistiés.

Voile fragile mais constant recouvrant les horreurs commises, le silencio va étouffer toute possibilité de résorption des épreuves subies et enfermer le pays dans un labyrinthe schizophrénique. Tout va bien, ne t’inquiète pas, no pasa nada, il ne se passe rien.

Depuis 2016, Philippe Dollo arpente ce pays où il vit et, au hasard de ses rencontres, brosse petit à petit un tableau moderne d’une Espagne secrète, emmurée dans le tabou du silence.

Philippe Dollo | No pasa nada, 1er fragment

Carnets Madrilènes. Juillet 2015.