Demeure le corps | videolivre

micro-manifeste du videolivre
par Philippe Rahmy

1- le videolivre n’est ni une vidéo, ni l’adaptation filmée d’un livre, mais la forme nouvelle du texte pensé pour/par l’écran

2- la diffusion des textes sur écran provoque leur mutation ; on ne fait pas entrer un cube dans un cylindre

3- la parole vient de l’outil


- Demeure le corps, videolivre, 12’



Sélection officielle du New York International Independent Film & Video Festival 2008

Prix spécial du Jury de « Oblò Underground Short Film Festival 2007 (OUSFF 07) »


Depuis bientôt 10 ans, je corresponds par Internet avec Philippe Rahmy. J’ai suivi la genèse de son premier livre, Mouvement par la fin : l’expérience qui s’y disait, et qui concernait le corps, la douleur, me semblait par évidence devoir être publié. C’est à l’honneur des éditions Cheyne (collection dirigée par Jean-Marie Barnaud et Jean-Pierre Siméon), d’avoir accueilli et défendu ce texte.

Philippe Rahmy, depuis de nombreuses années (il est un des membres fondateurs de l’association), est celui qui répond au courrier du site, établit les contacts, crée les liens. Aussi, sa présence lors de cette 2ème "nuit remue" était pour nous un symbole important.

Mais la vie de Philippe est faite aussi de tunnels, où la douleur reprend son dû. Récemment, il n’avait pour écrire, de longues semaines, que la messagerie d’un téléphone portable : lire ces SMS de la cloison.

Alors, au cas où il n’ait pu venir, Philippe Rahmy (voir bio/biblio) a entrepris, ce mois de mai, un travail de film, lecture puis montage de ce qui est à la fois son texte inscrit dans son quotidien, et son texte faisant violence à ce quotidien pour que les mots résonnent dans leur pleine acception. Mots de combat, mots de beauté.

Ce film a été projeté en sa présence, samedi 23 juin, lors de la 2ème "nuit remue" à Théâtre Ouvert.

Les douze minutes de cette vidéo sont parfois difficiles, elles sont l’extension de la poésie à l’expérience extrême du corps. Recevons-les depuis notre propre nécessité de langage.

Demeure le corps, chant d’exécration paraîtra fin août aux éditions Cheyne. Pensée, au moment de mettre cela en ligne, pour Joë Bousquet.

FB


Catherine Pomparat - "Tentacules de l’horreur et fleur de violette"


et on recommande le travail d’ Armelle Aulestia

Philippe Rahmy - 27 juin 2007