Benoît Vincent au château de Fontainebleau (77)

Benoît Vincent, auteur et naturaliste, s’inscrit dans la tradition des écrivains botanistes. Son prochain travail porte sur l’exploration des liens entre botanique et littérature dans un volume hybride d’écologie critique provisoirement intitulé « Cap au seuil ».
Il a publié au Nouvel Attila et chez Publie.net, ainsi qu’en revues ou parmi les factions du Général Instin (voir par exemple ici ou ici).
On le lira sur son site, Ambo[¡]Lati, ainsi que sur remue.net.

Bibliographie
Il a publié notamment Farigoule Bastard (Le Nouvel Attila, 2015) ; GEnove, villes épuisées (Le Nouvel Attila, 2017) ; Un de ces jours. Pink Floyd, une fiction (Publie.net, 2018) ; L’entreterre (Les Inaperçus, 2019), La littérature inquiète. Lire écrire (Publie.net, 2020).
Biobibliographie complète sur sa fiche Wikipédia.

Son projet de résidence
Benoît Vincent accompagnera des visites du château et de la forêt et animera dans ce cadre des ateliers d’écriture. Il invitera des acteurs et des penseurs du lien entre écriture et végétal pour des discussions animées ouvertes au public. Il proposera un parcours d’éducation artistique et culturelle aux élèves de deux collèges (Avon et Vulaines/Seine) et d’un lycée (Fontainebleau) dans la perspective de la réalisation d’une bibliothèque imaginaire et d’un parcours à l’occasion du festival d’histoire de l’art. En lien avec la médiathèque de Fontainebleau, il travaillera enfin en direction des usagers des centres sociaux et culturels de Savigny-le-Temple à la création d’un atlas de la biodiversité.

La structure d’accueil
Le château de Fontainebleau est un château royal de styles principalement Renaissance et classique, situé à une soixantaine de kilomètres au sud-est de Paris. Il compte parmi les plus importantes demeures historiques de France et constitue le seul exemple de résidence royale continuellement fréquentée par les souverains pendant huit siècles, depuis la période médiévale jusqu’au Second Empire.