François Durif au Générateur (Gentilly, 94)

François Durif, né le 22 juin 1968, à Clermont-Ferrand, vit et travaille à Paris.
Depuis son diplôme à l’École des beaux-arts de Paris (1997), il se tient à une pratique d’écriture, en ne cessant pas d’interroger le statut de l’artiste. Ses textes relèvent de la littérature d’exposition et, selon le contexte, prennent la forme d’un journal de travail, d’une lettre, d’un tract ou d’un poème. De ses expériences professionnelles en dehors du monde de l’art, c’est celle dans une agence parisienne de pompes funèbres (2005-2008) qui l’a le plus marqué et dont il voudrait aujourd’hui rendre compte dans un récit qu’il intitule provisoirement : Comme si (…)
http://abridurif.tumblr.com/

Bibliographie
François Durif a publié ses textes dans des revues d’art contemporain : Livraison 6, Rhinoceros (Strasbourg), Collection Beautés (Galerie Jean Fournier, Paris), ou le journal de l’exposition Flamme éternelle de Thomas Hirschhorn au Palais de Tokyo à Paris.
Il a également conçu de nombreuses autoéditions de ses textes, qui faisaient partie du dispositif de ses expositions et de ses performances promenées.

Son projet de résidence
En connivence avec Anne Dreyfus, directrice du Générateur, il a intitulé son projet : Le rêve d’une vie est une autre vie. Fort de son expérience professionnelle dans les pompes funèbres, François Durif souhaite questionner les liens entre espace de la mort et espace littéraire, et plus généralement, la place que nous accordons à nos morts dans nos vies respectives. Il conviera écrivains et artistes lors de conversations autour de thématiques qui traversent son récit Comme si. Il organisera des promenades performées dans des cimetières parisiens intra et extra-muros. Il proposera enfin des ateliers dans des organismes de formation aux métiers du funéraire.
Des conférences-performances au Générateur ponctueront son périple.

La structure d’accueil, le Générateur, est un espace de 600 m2 situé à la lisière de Paris. Délibérément ouvert et minimal dans sa configuration, le Générateur se dédie à toutes les expressions contemporaines, particulièrement la performance et les arts plastiques. Il donne priorité aux productions de formats artistiques atypiques et reste ouvert à toutes les formes d’expérimentation multidisciplinaire.
Charles Pennequin y était en résidence en 2014, dont les traces (vidéo, notamment) sont visibles sur remue.

François Durif | Ici repose

"Construire un petit monument à chacune de ses difficultés. Un petit temple à chaque question." Paul Valéry — au Générateur de Gentilly

François Durif | Il est parti

Si écrire, c’est ne pas parler, je gagnerai peut-être à me taire - et à ne pas publier au fur et à mesure ce que j’écris. Comme si je cherchais à plaire. — au Générateur de Gentilly

François Durif | Temps compté

À un moment donné, tout se mélange. Comme si la seule chose dont je disposais, c’était le temps. — en résidence au Générateur de Gentilly

François Durif | La chance

Vais-je m’en tenir à la forme "journal" ? Pour l’heure, je ne peux pas faire autrement qu’en passer par là. Le reste, je le garde pour moi. — en résidence au Générateur de Gentilly

François Durif | Commencer par la fin

Texte écrit en réponse à l’invitation de Synesthésie Mmaintenant et du Parti Poétique et lu à l’occasion de "Parler la bouche pleine", Zone Sensible, Ferme urbaine de Saint-Denis, 06.10.19 — en résidence au Générateur de Gentilly

François Durif | Quel jour je suis ?

"Le passé télescopé par le présent." W.B. — en résidence au Générateur de Gentilly

François Durif | Après la pluie

Retour sur la promenade du 22 : court récit et faux bilan.

François Durif | Demain c’est pluie

La veille au soir de la promenade performée du 22, il n’y a qu’une chose à faire : ranger sa chambre, et regarder le ciel.

François Durif | Peur, pas, peur

En amont de chaque promenade, il me faut écrire des tas de pages pour m’échauffer, afin de pouvoir improviser le jour j — au Générateur de Gentilly

Le 22, au Père

Le 22 septembre prochain, François Durif propose une promenade performée au cimetière du Père-Lachaise (en résidence au Générateur, Gentilly)