Xavier Bazot au musée de la Résistance nationale (Champigny/Marne, 94)

Xavier Bazot façonne depuis Tableau de la Passion (P.O.L, 1990) une œuvre singulière entre des récits en prise avec le réel et une phrase d’une grande inventivité.
« Je me représente mon activité d’écrivain comme la construction, membre à membre, organe après organe, livre à livre, d’un autre corps à côté de mon corps physique, en voie de disparition, naissant de lui, auquel peu à peu il se substitue. »

Bibliographie. Il est l’auteur notamment au Serpent à Plumes de Un fraisier pour dimanche (1996), Au bord (2002), et Camps volants chez Champ Vallon (2008).

Son projet de résidence est principalement lié à l’écriture d’un nouveau roman autour de la figure d’Antonio Gramsci et la lutte contre le fascisme, et de la ville de Turin ; et à la réalisation de deux documentaires sonores sur l’enfermement des Tsiganes et les prisonniers de guerre « Indigènes » pendant la Seconde Guerre mondiale.

La structure d’accueil, le musée de la Résistance nationale, propose au public depuis 1985 une collection de plus de 500 000 pièces sur la Résistance française mais aussi étrangère (Italie, Espagne...). Il privilégie des partenariats avec des créateurs de toutes disciplines.

(photo © Flora Mérillon)

(photo © Flora Mérillon)

Musée de la Résistance nationale

Que sont devenus les trois axes de notre action avec le musée de la Résistance nationale ?

D’amour et d’eau fraîche

texte inédit de Xavier Bazot

Soldats prisonniers de guerre « indigènes »

témoignages oraux de soldats, ou de leur famille, engagés volontaires ou appelés, issus des pays qui appartenaient à l’empire colonial français, prisonniers de guerre en 1940

Un grand projet

Quatrième partie du récit d’Olivier Rajoelison, fils de Félix Rajoelison, soldat « indigène » originaire de Madagascar, prisonnier de guerre en 1940 (par Xavier Bazot)

Un voyage fondateur

Cinquième et dernière partie du récit d’Olivier Rajoelison, fils de Félix Rajoelison, soldat « indigène » originaire de Madagascar, prisonnier de guerre en 1940, qui accomplira ensuite sa carrière militaire à l’hôpital du Val-de-Grâce

Olivier, fils de Félix Rajoelison

Première partie du récit d’Olivier Rajoelison, fils de Félix Rajoelison, soldat « indigène » originaire de Madagascar, prisonnier de guerre en 1940, qui accomplira ensuite sa carrière militaire à l’hôpital du Val-de-Grâce

Un soldat « indigène »

Deuxième partie du récit d’Olivier Rajoelison, fils de Félix Rajoelison, soldat « indigène » originaire de Madagascar, prisonnier de guerre en 1940, qui accomplira ensuite sa carrière militaire à l’hôpital du Val-de-Grâce

Mémoire tsigane

témoignages oraux de personnes nomades, Tsiganes pour la plupart, internées entre 1940 et 1946 dans des camps d’internement français

Nomades en France, un rappel historique

carnet anthropométrique, assignation à résidence, internement

Une catastrophe annoncée

Première partie du récit de Nicki Lorier, dont la famille tsigane fuyant la Sarre devenue allemande se réfugie à Lille pendant la seconde guerre mondiale

Les épreuves

Deuxième partie du récit de Nicki Lorier, dont la famille tsigane fuyant la Sarre devenue allemande se réfugie à Lille pendant la seconde guerre mondiale

En résistance

Troisième et dernière partie du récit de Nicki Lorier, dont la famille tsigane fuyant la Sarre devenue allemande se réfugie à Lille pendant la seconde guerre mondiale