Catherine Froment à Mains d’Œuvres (Saint-Ouen, 93)

Catherine Froment est auteure performeuse, metteuse en scène et comédienne. Entre création et recherche sur les formes de langage inconnues, elle souhaite travailler sur « Le corps qui écrit », à partir du thème de l’abandon et celui du rapport à la douleur dans la société.
Son site personnel : http://catherine-froment.fr/

Bibliographie
Elle a publié deux textes aux éditions R.R. Ecritures : La spectatrice de la vitesse (2012) et Quelque chose peut encore rentrer dans ma vie (2018).

Son projet de résidence
Mains d’Œuvres veut soutenir le travail de recherche de Catherine Froment sur la solitude des habitants dans les zones urbaines. L’auteure proposera à des jeunes et des personnes en centres de soin de participer à des ateliers, d’échanger sur leurs solitudes, afin de les mettre en perspective. Ces ateliers seront conduits avec un lycée de la Plaine Saint-Denis, plusieurs établissements de santé ainsi que le Centre communal d’action sociale de la ville de Saint-Ouen. Trois conférences seront organisées au long de la résidence, qui se conclura par une lecture finale.

La structure d’accueil, Mains d’Œuvres, est une association d’intérêt général et un lieu de création et de diffusion, de recherche et d’expérience, destiné à accueillir des artistes de toutes disciplines, des démarches associatives et citoyennes. Elle accueille régulièrement des auteurs en résidence – parmi ceux-ci, déjà présents sur remue.net, Alexandra Badea, Mario Batista, Yan Allegret et Noémie Fargier.

photo J.-P. Montagné