La fabrique du possible : écrire, représenter et construire l’aujourd’hui


(Photo © Jean-Charles Massera)

La fabrique du possible : Écritures contemporaines et autour des écritures contemporaines (écrire, représenter et construire l’aujourd’hui)

Tous les renseignements pratiques sont ici.

Dans le cadre de sa résidence d’écriture au Collectif 12, Jean-Charles Massera présente un ensemble de propositions littéraires et artistiques contemporaines dans lesquelles un processus d’écriture interrogeant notre aujourd’hui et les conditions autour desquelles nos imaginaires et nos projections s’organisent est à l’œuvre.
Des propositions souvent perçues comme inclassables ou « ovniesques », mais en réalité totalement en phase avec nos pratiques de vie aujourd’hui ; des films ou des vidéos qui ne racontent pas les mêmes choses aux mêmes endroits que ce que les multiplexes diffusent, mais qui nous parlent quand même et visent plutôt assez juste…

 

PROGRAMME
Films (ven. 10 mai à 20h) : « Münster » de Martin Le Chevallier, « Déshabillé » et « Capri » de Valérie Mréjen, « Rituel 2 : Le vote » de Louise Hémon et Emilie Rousset, « Poétique de l’emploi », « Cogito », « Calme ? » et « L’engagement des intellectuels » de Noémi Lefebvre et Laurent Grappe.

Lectures et performances (sam. 11 mai à 18h) : « L’affaire La Pérouse » d’Anne-James Chaton, « L’aveu de Nantes » de Jean-Charles Massera, « Les noms salis et autres trucs » de Jean-Michel Espitallier, « Poétique de l’emploi » de Noémi Lefebvre, et « Monsieur Rivière » de Valérie Mréjen.

Exposition (ven. 10 et sam. 11 mai) : « Les films du monde / 50 cinétracts +1 » de Frank Smith, « Manufrance » de Valérie Mréjen, « L’année passée » de Valérie Mréjen et Bernard Schefer, « Image Text Works » et « Jean de la Ciotat » de Jean-Charles Massera.

À PROPOS DES ARTISTES PARTICIPANTS…
ANNE-JAMES CHATON a publié plusieurs recueils aux éditions Al Dante et a rejoint le label allemand Raster-Noton en 2011 avec Événements 09 puis Décade, en 2012. En 2016, il publie Elle regarde passer les gens aux éditions Verticales et reçoit le prix Charles Vildrac de la Société des Gens de Lettres. Il travaille régulièrement avec d’autres artistes de la scène rock ou de la musique électronique, du théâtre et de la danse. Dernier livre publié : L’Affaire La Pérouse, éditions P.O.L, avril 2019.

Écrivain, poète, musicien, JEAN-MICHEL ESPITALLIER est l’auteur d’une vingtaine de livres, dont : Tourner en rond : de l’art d’aborder les ronds-points, PUF, 2016 ; De la célébrité : théorie et pratique (nouvelle édition), Pocket, 2016 ; La Première Année, Inculte, 2018. Dernières créations : Sergent Pepper, suite…, France Culture, 2017 ; Musiques 68, Radio Nova, 2018. Il a codirigé la revue Java (1989-2006) et travaille sur plusieurs projets multimédias, notamment comme batteur.

LAURENT GRAPPE est compositeur de musique électroacoustique, il réalise des installations sonores, crée des musiques pour la danse, le théâtre, et pour la scène. Fondateur du Studio Doitsu, il crée avec Noémi Lefebvre des vidéos à partir de musiques et de textes originaux.

LOUISE HÉMON est cinéaste, issue de l’Atelier documentaire de La Fémis. Ses films sont montrés dans les festivals internationaux (Hot Docs Toronto, FIFIB, Côté Court, DokumentART…), au musée (Centre Pompidou, MuCEM, Lafayette Anticipations) et à la télévision (Arte). Elle écrit actuellement son premier long-métrage de fiction.

MARTIN LE CHEVALLIER est artiste et réalisateur. Son travail est fait de détournements, de processus, d’oeuvres in situ ou de films. À travers ses oeuvres, il élabore, avec distance et humour, des représentations critiques des phénomènes sociaux, économiques et politiques. Il a souvent exposé en France et à l’étranger. Il est représenté par la galerie Jousse Entreprise à Paris, et il prépare l’adaptation en moyen-métrage du Désert des tartares de Dino Buzzati.

NOÉMI LEFEBVRE est l’auteure de quatre romans aux éditions Verticales : L’autoportrait bleu (2009), L’état des sentiments à l’âge adulte (2012), L’enfance politique (2015), et Poétique de l’emploi (2018), et d’un ouvrage-atelier publié par Joca-Seria, La vie comme ça (2017). Elle publie des textes courts sur un blog Mediapart et fabrique des vidéos avec Laurent Grappe, publiées par le Studio Doitsu sur Youtube. Par ailleurs elle s’occupe de recherche et de sciences sociales. Elle travaille d’une manière ou d’une autre sur les rapports entre l’art et la politique.

Artiste et écrivain, JEAN-CHARLES MASSERA a publié aux éditions P.O.L, Verticales et Lignes, réalisé des pièces radiophoniques pour France Culture, France Inter et ARTE Radio, exposé des photos, vidéos, dessins et installations (IAC-Villeurbanne, MAC/VAL, Casino-Luxembourg, FRAC Champagne-Ardenne, Biennale de Québec) et présenté ses films dans différents festivals internationaux. Ses textes ont été mis en scène par Brigitte Mounier, Jean-Pierre Vincent (Festival d’Automne) et par Benoît Lambert avec qui il collabore régulièrement (TDB Dijon ; La Criée – Marseille, Théâtre du Nord, TNS de Strasbourg, Théâtre National de la Colline, etc.).

Dessinant une trajectoire résolument oblique entre littérature, cinéma et arts plastiques, VALÉRIE MRÉJEN apparaît comme l’une des figures les plus atypiques de la scène artistique contemporaine. Son dernier ouvrage Troisième personne, est paru en 2017 aux éditions P.O.L. Elle est représentée par la galerie Anne-Sarah Bénichou.

ÉMILIE ROUSSET est metteuse en scène, elle explore différents modes d’écriture théâtrale et performative. Elle utilise l’archive et l’enquête documentaire pour créer des pièces, des installations, des films. Elle co-réalise une série de films courts avec Louise Hémon, Rituel 1 : L’Anniversaire, Rituel 2 : Le Vote, Rituel 3 : Le Baptême de mer. Le dernier épisode, créé pour le Festival d’Automne 2018, Rituel 4 : Le Grand débat, met sur scène le tournage en direct d’un débat présidentiel.

FRANK SMITH est écrivain, poète, vidéaste et réalisateur. Il est représenté par la Galerie Analix Forever (Genève). Il est le créateur du Bureau d’Investigations Poétiques depuis lequel il explore les jonctions/disjonctions contemporaines entre Poésie, Politique et Image — au moyen de livres, de films, d’installations, d’expositions et de performances. Sont ainsi délivrés « des protocoles d’expérimentation qui interrogent la possibilité, l’efficience, la performativité de la littérature et du film » (Véronique Bergen, Art press). Dernier livre paru : Pour parler, avec des dessins de Julien Serve, Créaphis, mars 2019. Dernier film réalisé : Un Film à jamais (1:40, Paris, 2019), présenté au Centre Pompidou, Paris, en février 2019 (Hors Pistes).

19 avril 2019
T T+