Participations

L’idée était de proposer une carte postale, un petit objet à écrire, qui permettrait de créer un lien ténu par le biais de ces questions curieuses du paysage, du territoire.
Merci à tous les participants qui s’en sont emparées !

Qu’est-ce qui est territoire ?

Mon espace, ton espace, nécessaire à mon épanouissement, ton épanouissement, recelant les vestiges de nos ancêtres, de la nature et de la vie.

Amas de composés inertes qui renferme la vie passée la mort mais qui habite le temps présent.
Pauline

Notre maison

Notre pays

Mon animal

Tout ce qui nous appartient

Je ne comprends pas… La France

Moi je dirais plutôt qu’est-ce qui n’est pas territoire ? Le rocher de Monaco.

La carte n’est pas le territoire.

Le territoire est l’ensemble vivant et matériel d’une zone définie.

Le territoire est un espace vécu ou non, réel ou imaginaire ?
Kevin Danieau

La pierre est matière, elle est corps pour celui qui la ressent.
Au-delà de ça il n’est rien. Le cinq et nous, je suis là.

Le territoire correspond à ce que nous voulons qu’il soit.

Un territoire ne pourrait-il être un patchwork sociétal…
Sandrine Bernard

Le territoire dur comme le roc et doux comme la plume est un lieu de rencontre privilégié entre mes sens et ton âme.
Tchoneck

Un territoire est une limitation de notre propriété.
Abour

Un territoire c’est principalement des hommes. On se sent d’abord chez soi en fonction des gens qui nous côtoient.

Le territoire est multiforme, il évoque des paysages des couleurs des odeurs. Il est producteur de sensations.

Espace défini par un groupe de personnes.

Si on simplifie, un territoire n’est rien de plus qu’un espace artificiel fruit de l’esprit humain qui choisit arbitrairement d’y faire figurer tel ou tel élément.

Terre, -itoire.
C’est une terre, une richesse agricole, culturelle, humaine. Un terreau sur lequel se développent les initiatives créant un tissu à l’échelle communautaire, à l’échelle des
hommes.
Mathieu Usunier

Un territoire rassemble des êtres trop souvent éloignés par les différences politisées, la peur de l’autre instrumentalisée par des médias avides de profit.
Un territoire est concret, tangible, recouvert d’humus et d’humains.
Mathieu Usunier

Un territoire est un corps et contient pierre. Le territoire est transit. Lieux de passage la marée des exodes, jadis sur l’épée du concurrent, demain sous la massue de la planète meurtrie. Il est transit mais est-il transitif ?
Mathieu Usunier

Si oui alors le territoire est corps et contient pierre. La pierre est donc un corps et le territoire me comprend je suis donc pierre et corps, et transit, et exode, et cicatrices des terres labourées et des forêts décimées. Je suis cicatrice.
Mathieu Usunier

Une étoile qui se meurt sous nos yeux se meurt-elle ? Cette supernova n’a-t-elle projeté ses rayons photoniques irisant il y a plusieurs milliers de millénaires ? Alors, est-elle morte hier, aujourd’hui, le sera-t-elle demain dans un autre point de l’univers ?
Mathieu Usunier

Cette étoile peut-elle disparaître si personne n’a vu sa naissance, ses boulimies atomiques et son explosion lumineuse ?
Mathieu Usunier

Le territoire est un espace que chacun délimite à sa façon, petit ou grand, réel ou imaginé, il correspond à ce que nous voulons qu’il soit.

Une source de conflit.

Quand les chiens font pipi ont dit qu’ils font leur territoire. Dans certaines régions les hommes se battent pour protéger leur territoire. Le territoire est donc un espace dans lequel on se sent chez soi.
Amélie.

Les constructeurs d’autres fois des maisons paysannes considérer la pierre comme vivante, il respecter un certain nombre de rites pour qu’elle soit résistante. Si le corps est vivant alors la pierre est un corps.
Amélie

Territoire : ce vaste champ est un produit de marketing, qui se superpose à « sa » région.

Je ne suis que par le territoire. Le territoire est moi et il est l’autre. Il est pierre qui est corps et je ne peux être au-delà du territoire, du corps, de la pierre.

Je suis, nous sommes le territoire figé et imaginaire des récits de nos ancêtres. Quand l’âme devient pierre, quand la pierre se fait chair, notre cœur s’ouvre et s’étend à l’infini. Le territoire disparaît, illusion mentale et nous redevenons tout.

Un territoire est un espace vécu et pratiqué. Chacun dispose d’un territoire en fonction de l’action et l’envie qu’il partage ou non avec ses congénères.

Est-ce que la pierre est un corps ?

Je pense « corps au pied » oui donc la pierre est un corps vivant

Oui la pierre est un corps parce qu’elle vit, quand on la regarde on pense à plein de choses donc c’est un corps vivant.

Il y a des électrons dans la pierre c’est un corps vivant

La pierre est un corps immobile

C’est un corps dur on bâtit avec

Non parce que la pierre ne respire pas, ne parle pas

Oui parce que c’est palpable

Au sens biologique du terme, la pierre n’est pas un corps.
Elle ne transforme pas d’éléments en énergie, ne se reproduit pas pour transmettre son génome dans le temps… Encore que ! Elle peut émettre et capter de la chaleur donc de l’énergie et elle vit à travers les âges, se modifie, se brise… Elle semble donc vivre malgré tout.
Anne-Cécile

La pierre est un corps, l’homme a un corps

La pierre est un corps mouvant, en perpétuelle évolution sculptée par les éléments, elle change de taille, de forme, d’aspect jusqu’à n’être plus que poussière.

Pierre tombale pour accueillir les corps en repos éternel.

Les constructeurs d’autrefois des maisons paysannes considéraient la pierre comme vivante, ils respectaient un certain nombre de rites pour qu’elle soit résistante. Si le corps est vivant alors la pierre est un corps.

La pierre est matière, elle est corps pour celui qui la ressent.

Toute chose est matière.

Je ne suis que par le territoire. Le territoire est moi et il est l’autre. Il est pierre qui est corps et je ne peux être au-delà du territoire, du corps, de la pierre.

La pierre est corps et mon corps s’empierre.
Tchoneck

La pierre est un corps qui peut prendre corps lorsqu’elle est sculptée par le vent, la pluie, l’homme. Elle est dure ou s’effrite, elle construit le paysage.

La pierre est encore car elle s’abîme avec le temps. Je suis l’éphémère.
Abour

La pierre peut-être aussi chaude ou fraîche que la peau de ton corps.
Sandrine Bernard

La pierre, qu’importe sa densité, c’est modelable, on la taille, on l’incorpore à un ensemble plus grand on en fait ce que l’on veut.

Est-ce un seul corps ? Après tout le grès n’est que du sable agrégé, des milliards de petits corps en formant un plus gros.

Une pierre, on peut la saisir, la déplacer dans l’espace.
De ce point de vue purement physique elle est un corps.

La pierre peut être considérée comme un corps inerte composé de minéraux eux-mêmes composés d’atomes. Le tout ayant une masse propre et un cycle de vie défini.

Qui suis-je au-delà de ça ?

Pas grand-chose

On est tout petit on est Rien

Moi

Une veinarde

Un individu

Celle-ci

Un corps

Une observatrice

Mon âme

Je suis la trace l’impact et le souvenir que je laisse dans l’esprit et la mémoire des autres et des choses qui m’entourent.

Plus j’y pense, plus je suis…

Au-delà de ça il n’est rien. Le ça est nous, je suis là.

Rien puisque tout est éphémère.

Je suis juste ça. En toute modestie.

Je ne suis que par le territoire. Le territoire est moi et il est l’autre. Il est pierre qui est corps et je ne pex être au-delà du territoire, du corps, de la pierre.

Je suis au-delà, poussière.

Une personne très agacée avec ça !!!

Au-delà de ça je suis automate, manger dormir consommer aimer vivre.
Tchoneck

Je suis l’éphémère.
Abour

Rien de plus qu’un humain parmi d’autres.

Contrairement à la pierre je suis périssable.

J’utilise la pierre, je saisis ce qu’elle est, je suis omnipotent.

Un poète, une étonnée de la vie ?

Mais suis-je conscience collective ?
Suis-je conscience si je ne suis qu’individu ?
La conscience est l’acceptation du soi en tant que corps, territoire distinct, et par opposition au reste, à l’autre, mais sans l’autre puis-je être conscient ?

Suis-je ? Je ne peux qu’être collective si je suis conscience, mais je ne peux être au-delà de ça, d’eux, du territoire.
Mathieu Usunier

21 novembre 2016
T T+