Rencontre avec Henri Deluy et Justine Landau (jeudi 16 février à la Cocotte)


Après le succès de la rencontre avec Isabelle Boinot, nous passons à un autre univers, tout aussi tentant : la poésie.
Histoire de montrer que je suis aussi poète, que je fais autre chose que la cuisine, sinon je ne vais plus être crédible…

J’ai invité deux poètes de générations différentes :
Henri Deluy, le poète « must » pour parler de la cuisine, parce qu’il tenait et tient une chronique de cuisine dans sa revue de poésie, Action poétique, depuis… je ne sais pas quand, mais depuis bien avant ma naissance. Il faut quand même des idées, des pratiques et des lectures pour continuer une telle « saga culinaire » !
Également grand voyageur, il a publié un livre sur les soupes de poisson du monde entier, qui montre sa grande connaissance (il est de Marseille, attention !) ainsi que son amour pour ces cadeaux que la mer nous donne. Il parlera sûrement d’autres poètes amateurs de cuisine, et dernier point, il sait raconter des histoires, de façon très très très drôle (et pas que) ! Avec lui, je suis sûre que vous allez vous régaler.

Justine Landau, poète amatrice de cuisine (je le sais, puisque ensemble, on est la bande des bonnes bouffes (ou des bouffes tout court, parfois)). Ne pouvant pas se contenter de l’être dans la vie privée, son premier livre de poésie, « Sommaire », est « habité » par les myxomycètes, autrement dit champignons, qui se greffent petit à petit dans son texte et le métamorphose en douce…
Elle est aussi chercheuse en poésie persane, a voyagé plusieurs fois en Iran et Irak, elle nous apportera aussi les parfums de ces pays d’où des tas de merveilles des mille et une nuit nous sourient…

Et nous présenterons le nouveau numéro de notre collection, « Sushi » de Kanoko Okamoto. J’ai aimé toutes les nouvelles que j’ai traduites pour la collection « Raconte-moi une histoire de cuisine », mais je suis tout particulièrement attachée à celle-ci, et j’ai hâte de partager cette sensation de lecture avec vous. Pour accompagner tout ça, je vais préparer quelques petits sushi, bien familiaux (parce qu’il y a les versions professionnelles et les familiales) mais sympas.
Je ne vous garantis pas le saké, mais peut-être qu’un alcool d’Okinawa fera l’affaire… Je vais voir.

Voilà, je crois que ça vous fait quelques bonnes raisons de venir à la Cocotte jeudi 16 février, la semaine prochaine il fera moins froid (nous l’espérons de toutes nos forces) !

Et pour l’info : la rencontre du mois de mars aura lieu mardi 13, avec Catherine Flohic, des éditions Argol, autour de sa nouvelle collection de textes sur la cuisine.

9 février 2012
T T+