Révolution au Monte-en-l’air !

Ludivine Bantigny est maîtresse de conférences en histoire contemporaine à l’université de Rouen.

Elle est notamment l’auteure de L’Œuvre du temps (Éditions de la Sorbonne, 2019), 1968. De grands soirs en petits matins (Seuil, 2018), La France à l’heure du monde. De 1981 à nos jours (Seuil, 2013, rééd. 2018), La Fabuleuse histoire
des journaux lycéens (Les Arènes, 2014).

Son dernier livre, Révolution, vient de paraître aux éditions Anamosa.

Alors que le mot « révolution » sert à vendre à peu près n’importe quoi et n’importe qui, ce livre fort et joyeux montre comment il a été domestiqué par tous les pouvoirs depuis le XIXe siècle et comment, en le prenant de nouveau au sérieux là où il veut dire quelque chose, il est possible de renouer avec ce que la révolution révèle justement, avec la puissance et la promesse imaginatives de ses processus.

« La révolution, dans son mouvement même, produit des rêves et des idées. Elle porte en elle des volontés de solidarité, d’association et de coopération : l’aspiration à une vie bonne, plus juste et plus humaine – sans négliger sa beauté et le plaisir qu’elle inspire. Elle change les critères de référence : non plus le marché mais le partage, non plus la concurrence mais la solidarité, non plus la publicité mais l’art par et pour chacun, non plus la compétition mais le commun. En cela, elle redonne du sens à ce qui n’en avait plus et du désir quand il s’était perdu. »

22 avril 2019
T T+