Tous enfermés, et autre poème

Tous enfermés tel le Minotaure

Ce poème a été écrit dans le cadre d’un exercice d’écriture lors du programme d’éducation culturelle et artistique avec le Paris Mozart Orchestra. Nous devions écrire un texte en associant le contexte du confinement au mythe d’Ariane et le Minotaure commandé àla compositrice Silvia Colasanti.

Tous enfermés tel le Minotaure
Qui pense au jour de sa liberté,
Cette maladie qui se promène
Ne fait que l’inquiéter.
Sans permission, sept corps lui furent apportés
Le septième dont il prit qu’une unique bouchée
Avait un goà»t particulier.

Mais des pas se font entendre
Inconnue est leur provenance.
Voilàqui se dresse devant lui
Une femme dont la beauté luit
Serait-ce sa bien-aimée
Qui vient le délivrer de ce long calvaire enduré ?
L’embrasser, son rêve àréaliser.
Mais elle s’approche avec une dangereuse douceur
Et son cœur fut transpercé
À la seconde où ses lèvres l’ont touchée.

14 nuits plus tard elle ne peut plus bouger
Ariane est fiévreuse et essoufflée,
La flammèche qui la nourrit
S’éteint lors de la nuit.

Chaque jour nous y sommes confrontés
Lorsque nous osons nous promener,
Dans ses villes fantômes habitantées

Par des êtres confinés...


[=*=]

Douce, joyeuse, aimante et aimée

Douce, joyeuse
Aimante et aimée
Cette eau péri au fil des années
Ce fil rouge tenue par Fatalité
Qui seule, choisira sa destinée

Styx, noir, n’y mets pas les pieds,
sage décision.
Le reflet de ton âme assoiffée de sang,
hurlant ta mort se cache tout au fond.

Phlégéthon,
ébouillantée,
ton âme brà»le àsa pensée.

Achéron, eau versant ses larmes désespérées,
Cherchant son énergie dans la rivière,
venant l’alimenter.

Cocyte, inutile, elle terminera son chemin dans la mer,
Vaste ouverture au monde,
Mais les choix engloutis remontent àla surface
Pour lui barrer le chemin

Léthé, bleu, silence, l’horizon.
La vérité est révélée,
le fleuve est calme,
ni bateau ni marins :
La mer est là, ne faisons qu’un.


Arielle M’Baya

3 janvier 2022
T T+