« Les traductions des autres », troisième rencontre (annonce)

« On dit que tout homme doit mourir. Mais tous les morts ne sont pas les mêmes. Un historien de la Chine ancienne, Sima Qian, a dit : ‘’On est tous mortels, mais certains morts pèsent plus que le Mont Tai, certains moins que la plume d’une oie sauvage. Mourir pour le peuple pèse lourd, mourir en servant […] exploiteurs et oppresseurs pèse moins qu’une plume.’’ » 

« La mort est chose fréquente. Comme nous avons à cœur les intérêts du peuple, mourir pour lui, c’est donner à notre mort toute sa signification. Toutefois, nous devons éviter les sacrifices inutiles. » « Si quelqu’un meurt au village, honorons-le. »

 

Auditeur.rice.s de ce discours du Président Mao daté du 8 septembre 1944, psalmodié de mémoire en chinois par le berger tibétain Tharlo au début (et à la fin) du film de Pema Tseden, gageons que l’amour d’un peuple se loge moins dans les armes que dans une caméra ; et reconnaissons que la mort, en mai 2023, sur un tournage qui n’était pas le sien, du cinéaste Pema Tseden né en Amdo [Qinghai] en 1969, pèse plus que le Mont Tai. Si quelqu’un meurt au village, honorons-le ! En compagnie de ses traductrices :

 

Brigitte Duzan, traductrice, chercheuse indépendante en littérature et cinéma chinois, a fondé (et anime) les sites https://www.chinesemovies.com et http://www.chinese-shortstories.com

Françoise Robin dirige la section tibétaine à l’Institut national des langues et civilisations orientales (Inalco). Ses objets de recherche : le cinéma et la littérature contemporaine, le féminisme au Tibet, les réfugiés. 

Françoise Robin sera accompagnée de Paldentso, une jeune poète de langue tibétaine originaire de l’Amdo – comme l’était le cinéaste et écrivain Pema Tseden.

21 décembre 2023
T T+