« Toutes les distances de langage »


Question : Chacun parlerait une langue, chacun parlerait sa langue, dans la mesure où il l’invente afin de dire quelque chose à un autre, proche et lointain, lorsqu’une langue déjà partagée semble avoir épuisé les possibilités d’une adresse vive, suffisamment vive en tout cas pour donner à entendre ce que l’on ne sait pas dire, et qu’il nous faut pourtant dire. Parler sa langue, est-ce former un langage à l’état naissant ?

Dix propositions :

1 - Ouverture
Avec Élise Caron, le 02 avril 2019
Improvisation, chant et flûte

2 - La prose
Avec Bernard Collin, le 09 mai 2019
Lecture bilingue en espagnol avec María Olga Matte (traductrice), empanadas et pisco sour

3 - Le langage de la justice militaire à Constantine
Avec Marius Loris Rodionoff, le 05 juin 2019
À paraître : Procès-verbaux, Al Dante, les presses du réel

4 - Un alphabet imaginaire
Avec les enfants de l’école maternelle Bouvines, le 3 juil. 2019
Présentation visuelle et sonore, installation des planches dans la librairie

5 - Une ethnographie de l’Atlantide
Avec Jackqueline Frost, le 1er oct. 2019
À paraître : Le troisième événement, Éric Pesty Éditeur

6 – Lecture de travail
Avec Victoria Xardel, le 04 déc. 2019
Victoria Xardel ne lit jamais en public.

7- Explorer
Avec Benoît Casas, le 14 janv. 2020
Procédés d’écriture, projets de livre

8 - Formes de poésie
Avec Marie-louise Chapelle, le 05 fév. 2020
Lecture, pour la première fois en entier, de « Une préface »

9 - Les discours
Avec Martin Högström, le 05 mars 2020
Au sujet de Jørn H. Sværen et de Linnea Fonseca

Annulation de la soirée de clôture
(Grand confinement)

11 janvier 2020
T T+