Figures féminines

L’histoire des femmes est encore à écrire. Une histoire effacée et tronquée au fil des siècles est encore à mettre au jour, en écartant les idées reçues et les fausses évidences.
À travers des figures mythologiques, politiques ou artistiques, la perception et la place des femmes dans le monde occidental est ici revisitée, corrigée et prolongée par plusieurs autrices, faisant écho aux questions d’aujourd’hui.
Chloé Delaume se réapproprie des mythes susceptibles de continuer à nous parler, interrogeant la place de la femme dans notre culture et notre société.
Catherine Froment s’est intéressée aux reines de la basilique de Saint-Denis, dont les corps sont multiples : leur corps politique, leur corps de femme, leur corps fantasmé, leur corps mort, et puis leur gisante.
Aurore Évain a fait un travail de recherche pour exhumer aussi bien des êtres que des mots. Son enquête littéraire explore l’hypothèse selon laquelle Shakespeare aurait été une femme...
Retrouver l’ensemble de ce nouveau dossier : Figures féminines.

Autres échos des résidences,

Yahia Belaskri proposait à la médiathèque de Chaville une lecture musicale avec la musicienne iranienne Shadi Fathi.

Nawel Ben Kraïem, basée à FGO-Barbara (Paris), présentait une performance poétique et musicale intitulée Je chante un secret d’après son livre et son disque, à revivre en vidéo.

Depuis la médiathèque de Saint-Cloud, Raphaèle Bernard-Bacot propose un atelier « au jardin au fil des saisons » avec notamment des chasseurs de plantes, des histoires d’arbres et une note sur les couleurs en cuisine.

Sylvie Camet poursuit un cycle de rencontres à Faire-Liens (Paris) : les soirées Formes contemporaines d’invitation à la lecture avec Valentine Tedo et Françoise Cahen, ainsi que l’entretien avec les romancières Hemley Boum et Lucy Mushita, sont à retrouver en vidéo. Très riche, sa rubrique accueille également des chroniques jour après jour, un atelier d’écriture Les héroïsmes du quotidien, et un premier extrait de ses écrits.

Cowboys et gouffres divers : Pierre-Vincent Chapus, de la Ferme du Bonheur (Nanterre) au centre d’accueil de jour de Gagny, construit la légende Gagnyngham, agrémentée de ses portraits à vif.

Fatima Daas poursuit son projet au lycée Lavoisier (Paris) : trouver une voix. Issues de son atelier consacré à l’exercice de l’autoportrait, on retrouvera ces traces sonores.

Le cycle sur les mythologies et le féminisme initié par Chloé Delaume se poursuit à la librairie la Régulière (Paris). On lira cet extrait de l’atelier, Votre héroïne de légende, ainsi qu’un extrait du texte en cours, Médée avant Médée.

Le club de lecture de Joffrine Donnadieu sur les nouvelles fantastiques, à la librairie Paroles de St-Mandé, en est à sa troisième séance.

Louise Emö, qui occupe l’espace Germinal à Fosses, propose ce point de départ de l’écriture de son texte théâtral Surface de réparation.

Nicolas Fargues a rapporté de remarquables extraits de son atelier à la maison d’arrêt de la Santé (Paris), d’après Levé, Perec ou Delerm : La vie est un choix.

Accueillie par la communauté de communes du Pays de Nemours, Emmanuelle Favier continue de partager avec nous ses balades, rencontres et découvertes autour de la préhistoire.

La performance de Christine Guinard à l’Espace Andrée-Chedid d’Issy-Les-Moulineaux s’intitulait Vous étiez un monde : elle est maintenant visible en vidéo.

Marie Hermet donnait une conférence au Centre culturel irlandais (Paris) : À la découverte du métier de traducteur, que l’on retrouvera heureusement en vidéo.

On écoutera les trois épisodes de Dialogues de sourds et de millionnaires, la pièce écrite par les élèves lors de la résidence d’Ismaël Jude au lycée Germaine-Tillion du Bourget.

Gwen Le Gac prend appui sur la carte postale pour son atelier de pratiques artistiques, lecture et écriture créative, collecte de mots et d’images, avec notamment des usagers d’Emmaüs Solidarité du Pré-St-Gervais.

Restitution de résidence pour Véronique Massenot à Taverny : un carnet de 44 pages à feuilleter librement.

Chiara Mezzalama poursuit un cycle de rencontres autour de la littérature italienne à la librairie La Tête ailleurs (Paris 11). Une rencontre dédiée à Elena Ferrante précédait une autre sur la traduction, une écriture en miroir, avant de montrer avec Simonetta Greggio une Italie comme on ne l’a jamais vue (vidéos).

Éric Pessan porte son regard incisif au cœur du lycée Émile-Dubois (Paris) avec des chroniques toujours attendues comme La minute de silence ou cette Lettre ouverte aux élèves qui n’écriront pas.

Au lycée Louis-Bascan de Rambouillet, Mabrouck Rachedi a clôturé sa résidence avec en atelier l’écriture d’un scénario de BD relatant le parcours d’un danseur étoile.

Florentine Rey a réalisé de nombreuses conversations poétiques à Montreuil, depuis la librairie Folies d’encre, capsules vidéo d’environ 2 minutes avec toujours le même dispositif. Elle présente aussi son projet de recueil de poèmes Demain.

Benoît Toqué à l’Université de Cergy présente la première partie de l’atelier d’écriture, qui consiste à élaborer collectivement « une fiction potentielle à haute teneur documentaire ».

Basée au lycée Maurice-Utrillo de Stains, Lucie Vérot poursuit l’écriture des Saisons : une plongée théâtrale dans le monde des travailleurs agricoles saisonniers. On retrouvera en lien un atelier d’écriture avec les élèves.

Bénédicte Vilgrain a initié un cycle de rencontres à la librairie Texture (Paris), « Les traductions des autres » : on écoutera la session avec Alain Cressan, Gabriel Gauthier & Pascal Poyet.

Fabienne Yvert poursuit ses chroniques martiennes au CNES et son Observatoire de l’Espace, avec des histoires de méduses ou de sapins de Noël. On la suivrait jusqu’au bout du monde.

7 nouvelles autrices et auteurs
entrent en résidence début 2024.

Ella Balaert à la médiathèque de Dammarie-les-Lys (77). Romancière, nouvelliste, dramaturge, poète, elle souhaite explorer la figure de Léona Delcourt, plus connue sous le nom de Nadja, qu’André Breton a immortalisée dans son récit éponyme. Diverses actions sont prévues autour de la notion de rencontre.

Francis Combes à la maison pour tous Youri-Gagarine (La Courneuve, 93). Poète et éditeur, il interroge dans un nouveau projet notre condition d’habitants des villes en rapport à la nature et au devenir de la planète. Sa présence sera centrée sur la diffusion de la poésie, en lien avec l’apprentissage de la langue française.

Elitza Gueorguieva à l’INALCO (Paris 13). Autrice, cinéaste, performeuse, elle projette de s’inspirer d’une expérience réelle, son entretien de naturalisation, traitée de manière poétique et décalée sous forme d’un récit fragmentaire. Elle animera des ateliers à destination d’étudiants sur les questions d’identité.

Stève Wilifrid Mounguengui au lycée Jean-Pierre-Timbaud (Aubervilliers, 93). Romancier, poète et éditeur. Son prochain roman met en scène le retour d’un homme dans son pays d’origine afin d’honorer la mémoire de sa mère morte et de renouer avec une part de son identité. En écho, ateliers et sorties avec les élèves sont au programme.

Lucie Rico à L’étoile du nord (Paris 18). Romancière et scénariste, elle axera sa résidence autour d’un nouveau roman mettant en scène une partie de jeu vidéo en ligne. Elle mènera un atelier avec des lycéens autour de l’écriture de fictions interactives. Des rencontres et soirées sont fixées à partir de mars.

Ingrid Seyman au lycée Marcel-Deprez (Paris 11). Romancière et documentariste, elle travaille à l’écriture d’un deuxième roman. Elle animera des ateliers d’écriture ludique et de création littéraire, et aura pour partenaires une bibliothèque et une librairie.

Omar Youssef Souleimane chez Racines et Horizons (Argenteuil, 95). Romancier et poète, il écrit actuellement un roman sur le thème de l’exil et de l’impossible retour. Atelier en lycée, rencontres et spectacle musical en médiathèque, publication d’un livret sont prévues.


24 janvier 2024
T T+