Actualité des auteurs en résidence Île-de-France sur remue.net | 18



Bonjour,

Voici la dix-huitième lettre concernant les activités et créations des auteurs en résidence Île-de-France, que nous relayons sur remue.net.

pour remue.net,
Guénaël Boutouillet & Patrick Chatelier

pour s’abonner à la lettre d’information des résidences Île-de-France sur remue.net,
envoyer un courriel vide à cette adresse, pour se désabonner envoyer un mail vide à cette adresse (et non à l’adresse indiquée en bas de page)




Ingrid Thobois est en résidence à la Croix-Rouge (Paris XI) auprès de « mineurs isolés étrangers », en parallèle à un projet d’écriture de livre jeunesse. On suit avec intérêt les traces de ses ateliers, textes très attachants avec des nouvelles chaque semaine réalisées à partir de collages ou de photos : par exemple Le lavomatic et le hasard de la vie ou Le pont sans retour, ou encore cet étonnant abécédaire :
H comme HOMME : dans certains pays, être humain qui travaille à l’extérieur de la maison, qui ramène de l’argent, et qui fait la guerre.


Obliques
Ateliers d’écriture en résidence : cette rubrique transversale, au long cours, poursuite de l’élaboration (par sédimentation) d’un corpus hétérogène, interroge cette action aux multiples facettes qu’est l’atelier d’écriture.
Trois nouvelles contributions de résidents, en ce début d’été : Les ateliers d’écriture ? En animer ? s’interroge Ingrid Thobois, en résidence à la Croix-Rouge (Paris XI), à quoi elle répond notamment qu’il s’agit d’« étonner le sens en arrivant dans son dos ». Pour Sandra Moussempès, en résidence à la librairie Texture (Paris XIX), ces ateliers d’écriture avec des adolescents sont le moment d’heureux et nombreux croisements de voix.
Olivier Charneux, en résidence à la médiathèque de Bagnolet (93), racontant ses expériences d’atelier à Bagnolet et ailleurs, y voit une forme de « miroir de son propre travail ».


Yan Allegret a terminé sa résidence à Mains d’Œuvres (Saint-Ouen) fin 2013. Sa collecte de rêves a essaimé ailleurs : il en a ramené un grand nombre de l’île de La Réunion. Et il y en aura d’autres...

Géraldine Alibeu à l’école élémentaire Jules-Ferry (Asnières-sur-Seine) nous montre la cabane du préau qu’elle a aménagée avec les élèves et qui continue à vivre.

Philippe Beck à la librairie l’Atelier (Paris XX) faisait le point à mi-parcours sur les rencontres organisées autour de la question : « La poésie est-elle le cœur de la littérature ? » Ce texte s’appelle Un dialogue à propos du cœur. En attendant la vidéo de la soirée avec Natacha Michel et Florence Delay, on assistera à cette lecture insolite de « Mots gelés » au palais de Tokyo sous la Flamme éternelle de Thomas Hirschhorn.

Mehdi Belhaj Kacem est à la Générale (Paris XI), où il tient un séminaire, cycle de conférences intitulé Mehdi de 5 à 7, qui se “déroule” au rythme de deux séances par mois. Ce séminaire est présenté ici - les captations des conférences sont réunies et à voir ici.

La résidence de Sereine Berlottier à la Scène du Balcon (Paris II) porte sur les relations entre les formes journal et poème et leur possible dialogue. On écoutera la rencontre à la bibliothèque Marguerite-Audoux, « Poème, journal, autobiographie, les routes de soi ? », avec Philippe Lejeune et Elizabeth Legros Chapuis.

Dimitri Bortnikov réside à la médiathèque du Kremlin-Bicêtre. À lire, ce texte inédit intitulé Portement de croix.

Olivier Brunhes est en résidence à la librairie Folies d’encre (Montreuil), où il a collaboré au Festival Vox (festival urbain de lecture à voix haute et de livres lus), dont témoigne cette vidéo.

Olivier Charneux, à la médiathèque de Bagnolet, continue de questionner l’autobiographie dans les arts et y a organisé le vendredi 13 juin "L’écriture de soi sur le web" : soirée-rencontre avec Cécile Portier et Oriane Deseilligny.

Marie Cosnay entame en septembre une résidence à l’Accueil de jour Agora Emmaüs (Paris I). Elle en présente le projet.

Rémi Deulceux au Clastic Théâtre (Clichy-La-Garenne) poursuit son travail sur la déconstruction du mythe de Salomé : une troisième vidéo en atteste. Parallèlement, il proposera des bribes de l’écriture en cours, scories, et des traces d’atelier. François Lazaro, metteur en scène et directeur artistique du Clastic Théâtre, revient sur le projet commun.

La résidence de Daniel Foucard aux Laboratoires d’Aubervilliers est terminée depuis cet hiver. Il a écrit un livre, Sexes, à paraître fin août 2014 aux éditions Inculte, dont nous publions un extrait inédit.

Hélène Frédérick est à la librairie du Québec (Paris V) pour sa résidence intitulée « insoumission et littératures » - voir le programme des rencontres qu’elle organise.

Élisabeth Jacquet, à la Cité des métiers (Paris XIX), questionne et recueille des paroles à propos du travail et de ses représentations, comme dans ce texte intitulé Pour moi le travail.

Maylis de Kerangal est, à l’université Paris 8 (Saint-Denis), écrivain invité du master de creation littéraire dirigé par Olivia Rosenthal, pour deux ans, jusqu’au printemps 2015. Ce travail avec les étudiants donnera lieu à un film, en cours de montage. Des textes théoriques viendront étayer cette réflexion collective.

Arthur Larrue, à la librairie La Manœuvre (Paris XI) donne des « Leçons » mensuelles, dont les textes seront ensuite publiés sur le site.

Laure Limongi, à la librairie le Monte-en-l’air (Paris XX) se consacre à « l’Hospitalité ». Elle offre des recettes de cuisine, prend des polaroïds de ses invités, dont les interviews ou rencontres sont filmées par Marjolaine Grandjean ─ voir la rencontre avec Benoît Virot du Nouvel Attila, et l’entretien et concert-improvisation d’Olivier Mellano, accompagné de Black Sifichi.

Sandra Moussempès à la librairie Texture (Paris XIX) nous livre quelques poèmes écrits pendant les rencontres avec la classe de 4e du collège Sonia-Delaunay. Elle a par ailleurs poursuivi ses rencontres à la librairie avec Antoine Dufeu et Valentina Traïanova autour du lien poésie/oralité.

Neda Nejdana à la Maison d’Europe et d’Orient (Paris XII) proposait, lors d’une carte blanche, une soirée consacrée au théâtre ukrainien : on peut en revoir l’intégralité filmée par remue, lectures d’extraits de pièces de Neda Nejdana ainsi que de La Sonate pathéthique de Mykola Koulich, et échanges.

Charles Pennequin au Générateur de Gentilly (94) a fait Le Grand Écart avec Anne Dreyfus, chorégraphe et Jean-François Pauvros, guitariste, le vendredi 27 juin, et réuni en revue Edith Azam, Antoine Boute, Quentin Faucompré, Anne-Laure Pigache, Cécile Richard : Arrivage permanent, la revue, est librement feuilletable sur le site (et à acheter au Générateur ou par correspondance).

Philippe Pigeard proposait à la Maison de la Poésie (Paris III) Lettres de guerre de Jacques Vaché : Dans le sillage du météore désinvolte qu’il présentait avec ce texte : Où je fais mon Jacques. Il a ensuite invité Laurence Campa pour une soirée intitulée « NO POET’S LAND - Figures du poète en première ligne ».

Virginie Poitrasson, à la Cimade, anime des ateliers d’écriture dont on peut lire des traces dans sa rubrique.

Olivier Salon, au Parc culturel de Rentilly, se consacre à l’OuLiPo et à François Le Lionnais. Il propose deux textes inédits écrits dans le cadre de sa résidence : La fée électricité, un poème oublié, et L’horloge municipale, un texte sur l’horloge municipale de la ville de Collégien.

Karine Samardžija à la Maison d’Europe et d’Orient (Paris XII) nous offre les cinq premières scènes de sa traduction à paraître de Patriotic Hypermarket, pièce de Jeton Neziraj et Milena Bogavac : ça débute ici.

Mathieu Simonet, en collaboration avec l’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris, organise des concerts littéraires et autres événements, ouverts à tous. Prochain rendez-vous le 11 juillet à l’hôpital Rothschild avec Arthur Dreyfus et Ronan Martin. Il ouvre aussi la quinzième page de son journal de résidence, L’école à l’hôpital.
Le blog où sont publiés les carnets des patients ayant écrit sur leur adolescence s’enrichit peu à peu.

Olivier Steiner au Refuge (Paris XII) fait le récit de son expérience d’atelier avec des jeunes victimes d’homophobie, qui a donné lieu à la publication d’un livre, Les lucioles, paru en juin.
Il invitait aussi Philippe Joanny pour une rencontre avec les jeunes.

La résidence de Fabienne Yvert à la librairie L’Attrape-Cœurs (Paris XVIII) s’est terminée. Elle nous offre cet Ouvrages de dames, partage d’équipe réalisé avec Xavier Pinon qu’elle accueillait pour une rencontre en mai.

7 juillet 2014
T T+